Une île, des pensionnaires, un cimetière ...
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand les grands esprits se rencontrent [suite]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Admin
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 24/09/2011
Age du personnage : 22
Localisation : the Island of Madness


dossier médical
Age: 27 ans
Statut: Gardien des Enfers
Particularités ou description physique rapide:

MessageSujet: Quand les grands esprits se rencontrent [suite]   Dim 8 Jan - 13:59

Parcouru d'une excitation, d'une sorte de grande exaltation, Ulrich avait bondit sur ses pieds. Invitant d'une geste de la main Viken à le suivre, il ouvrit la porte pour s'engager dans les innombrables couloirs qui formaient the Island of Madness. Il sentait la présence du détenu dans son dos qui le suivait, et de toute façon il n'avait jamais été question d'abandonner maintenant.
Tr-ès vite, Ulrich, suivi par Viken quittèrent les bâtiments pour traverser le chemin qui les séparaient du terrain d'entraînement, autour du gymnase. Ce jour-là il pleuvait des trombes d'eau, mais le jeune homme n'en avait cure. Dans ses yeux brillait une flamme qu'il croyait depuis longtemps éteinte. Très vite ses cheveux et ses vêtements lui collèrent à la peau, mais il ne leur fallut pas beaucoup de temps pour atteindre le gymnase. Sortant un immense trousseau de clefs de sa poche, il déverrouilla la porta d'entrée et s'effaça pour laisser passer Viken.

Le gymnase était composé d'une partie normale, avec un terrain multisports fait pour les jeux d'équipe, et d'une autre salle, plus petite. C'était celle-là qui intéressait Ulrich. Se passant négligemment une main dans ses cheveux pour en égoutter un peu l'eau, il s'avança vers la petite salle.
Dans celle-ci ce trouvait un espace recouvert de tatamis, et un ring. C'est sur celui là que la plupart des Elites combattaient, car rares étaient ceux qui ne se limitaient dans leur façon de se battre qu'aux arts martiaux. Et c'est également là que Viken et Ulrich allaient s'affronter.
Le Directeur guida Viken jusqu'à un vestiaire où les accessoires les plus divers se trouvaient. Et sans plus de cérémonie, Ulrich se défit de son manteau, de ses chaussures et de son haut, se dirigeant torse et pieds nus vers les accessoires pour s'entourer les mains et les chevilles de bandages. En attendant que Viken termine également de se préparer, Ulrich sortit du vestiaire pour frapper un peu le punching-ball afin de s'échauffer. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas combattu, et pour cela il fallait retrouver ses réflexes!

Cependant, à mesure que tous les gestes et enchaînements qui faisaient sa technique de combat lui revenait, le Directeur sentait également l'adrénaline revenir dans sa tête. C'était pour lui un vrai bonheur de sentir son corps réagir à la moindre de ses sollicitations, reprendre naturellement des postures qu'il lui semblait avoir oubliées.
Une fois que Viken l'eût rejoint et se soit échauffé, tout comme lui, Ulrich l'invita devant lui à monter sur le ring.

-On fait comme ça: Pas de temps limite, on s'arrête quand l'un des deux ne peut plus se relever. Tous les coups sont permis, dans toutes les disciplines. Est-ce que ça te convient?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 09/12/2011
Age du personnage : 26
Localisation : Quelque part en Enfer...


MessageSujet: Re: Quand les grands esprits se rencontrent [suite]   Dim 8 Jan - 15:58

Le Directeur semblait très excité, et Viken ne pouvait empêcher ce sourire de s'afficher sur son visage au vu du combat qui s'annonçait. Ils traversèrent les couloirs qu'il peinait encore à reconnaître, puis un chemin extérieur menant à un autre bâtiment. La pluie battait comme la chamade, mais ne le gênait aucunement. Au moins, ses cheveux se tenaient mieux mouillés, et ils se baladeraient moins encore une fois attachés, ce qui serait plus aisé pour le combat. Enfin, ils entrèrent dans la salle, qu'il connaissait déjà, c'est ici qu'il avait fait connaissance avec Aaron Jensen. Mais il découvrit une autre salle. Tatami, ring, sac de frappe, et autre matériel. Voilà qui était intéressant. Il fut conduit ensuite à un vestiaire qui proposait tout ce dont il aurait besoin pour se préparer. Parfait...
Sans prêter trop d'attention à Ulrich, Viken se déganta, ôta sa chemise, ses rangers, ne gardant que son pantalon. Il glissa ensuite sa Croix dans sa ceinture, la coinçant bien solidement, car c'est ici qu'elle le gênait le moins, au niveau de ses reins. Après s'être rapidement assuré qu'elle ne pourrait bouger d'un poil pendant le combat, il banda ses mains, et ses chevilles ainsi que ses pieds tout entiers, pour protéger les rivets qui tenaient les deux ficelles à leur place. Heureusement, après des années, il avait le coup, il ne lui fallut que trois minutes tout au plus pour bander le tout. Puis il essora sa chevelure avant de l'attacher en une longue queue de cheval.
Ensuite, il s'étira, s'assurant que sa souplesse était restée intacte, ce qui fut le cas, puis quelques coups dans le vent car il ne s'était pas entrainé depuis son arrivée ici. Visiblement, la forme restait. Dernière chose, il enroula ses ficelles autour de ses membres et de son corps et les noua, de la meilleure façon qu'il avait trouvé afin qu'elles n'interviennent pas pour gêner le combat.
Voilà, il n'allait pas faire attendre plus le Directeur, puis il ne tenait plus en place, surexcité comme il ne l'avait pas été depuis longtemps. Un véritable adversaire de taille l'attendait sur un ring, et ils allaient se battre...

Le Pantin arriva dans la salle, faisant découvrir un corps tatoué, cicatrisé de toute part, pas très épais mais solide, aux muscles tout de même formés même s'ils n'étaient pas aussi imposants que ceux de son adversaire qui devait faire au moins une bonne vingtaine de kilos de plus que lui. Il remarqua une cicatrice assez impressionnante, partant de son flanc gauche. Il se demanda jusqu'où elle allait, et quel souvenir s'alliait avec cette marque.
Il était également plus grand, mais la taille ne change pas grand chose. S'il savait bien se servir de sa musculature, alors Viken devrait éviter de prendre trop de coups. Il devrait faire preuve de souplesse et de rapidité pour esquiver, d'une bonne dextérité pour bloquer et parer, et d'une excellente suffisance nerveuse pour utiliser la technique défensive la plus avancée du Systema en cas de secours. Le gonflement... Mais pour cela, il faudra d'abord qu'il échauffe assez ses muscles, que l'échange de gaz soit assez suffisant entre eux et son sang. Il devrait également être précis, et frapper dur lorsqu'il parviendra à se glisser dans une ouverture. Il devra également faire preuve de patience, bien analyser avant de contrer ou de frapper, ne jamais se précipiter. La haute difficulté allait être vraiment jouissive, très intéressante.

Il écouta ensuite Ulrich poser les règles. Enfin, si on pouvait appeler cela ainsi. Alors ils se battront à la façon militaire. Le seul but étant de terrasser son adversaire, de n'importe quelle façon pourvu qu'elle soit efficace. On reconnaissait là un véritable amoureux du combat, car ces conditions étaient les meilleures, et le Pantin en était très bien satisfait ainsi.

_ Ça me convient, c'est même parfait. Commençons, alors.

Aucun mot, aucun discours n'entame jamais mieux un combat que les premiers coups. Voyant Ulrich prêt, le léger sourire de Viken s'effaça, il était temps de se concentrer, au maximum. Ne penser à rien d'autre que le combat, seulement le combat, le monde ne s'étend pas plus loin que le ring, maintenant, et dans ce monde, ils étaient deux, prêts à l'affrontement.
Très bien, il entamerait alors. Choisissant de ne pas commencer trop fort pour progresser sagement dans l'effort, le Détenu organisa rapidement ses premières frappes dans son esprit. Étant donné que son adversaire était prêt à parer, il était plus raisonnable de feinter pour avoir une chance de toucher.

Hum... Je vais commencer par un combinaison de trois. Je vais tenter de faire diversion en chargeant mon poing droit en arrière en avançant vers lui, comme si je voulais mettre un crochet droit, mais je vais tenter de frapper le thorax du coude gauche qui sera positionné pour sans pour autant être suspect, car je soignerais ma posture. Que cela fonctionne ou pas, je décollerais seulement mon poing droit après cette tentative, j'essaierais d'atteindre la tête, et pour finir, je vais profiter de mon bon équilibre pour tenter d'atteindre son flanc avec ma jambe gauche en pivotant le bassin... Oui, pour débuter le combat, cela me semble raisonnable. Il répondra sûrement du même coup, je dois même m'attendre à ce qu'il brise mon enchainement avant que je ne le termine, alors je dois garder la tête froide, et garder mes réflexes affutés au maximum, car je laisserais sûrement quelques ouvertures sans le savoir...

[HRP : Donc je te dévoile les cartes de mon personnage à chaque tour, te permettant d'anticiper mes actions et de pouvoir contrer/esquiver/bloquer ceux que tu veux, et prendre ce que tu veux et ensuite de répondre à ton tour de tes frappes ou autres actions. Pour moi, c'est la façon la plus facile, pratique et précise de combattre en RP. ^^ J'essaierais de te fournir le plus de détails possibles sur les frappes de mon personnage mais s'il en manque, même rien qu'un petit truc qui gêne, n'hésites pas à me demander, tu me connais donc tu sais que tu n'as pas à hésiter. =) Voilà voilà ! Fais selon les capacités d'Ulrich, surtout, alors mets en moi plein la gueule sans hésitation !!! =D
Voilà, je crois que c'est tout. Je suis pressé de la suite !!! *.* Et si t'as des questions, n'hésite pas ! /]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 24/09/2011
Age du personnage : 22
Localisation : the Island of Madness


dossier médical
Age: 27 ans
Statut: Gardien des Enfers
Particularités ou description physique rapide:

MessageSujet: Re: Quand les grands esprits se rencontrent [suite]   Mar 10 Jan - 17:24

Ulrich, quand il entendit Viken arriver dans la salle, l’observa sous toutes les coutures, comme s’il pouvait mieux le cerner dans cette tenue.
Comme lui, il était torse nu avec les pieds et les poings recouverts de bandages. Il était manifestement beaucoup plus fin, et selon les souvenirs de leur conversation, il comptait surtout sur sa souplesse. Le Directeur, lui, se savait très musclé, et usait beaucoup de sa force en combat. Mais son second atout, et celui-là était moins évident, de sa vitesse. Les multiples arts de combat qu’il maîtrisait lui avaient tous appris la même chose : La force brute ne suffit pas. Il fallait se donner le temps de réaliser ses frappes, sans quoi toute la force du monde ne servirait à rien. Et c’est pourquoi le temps de réalisation de ses coups était bien inférieur à la moyenne. Et c’était son plus grand avantage.
Il remarqua également que Viken était parcouru de cicatrices et de tatouages. Les cicatrices ne l’étonnaient pas outre mesure, au vu de ses missions il aurait plutôt été étonnant qu’il parvienne à s’en sortir sans une égratignure. En pensant à cela, Ulrich ne put s’empêcher de baisser un instant le regard sur la sienne, la balafre qui s’étirait sur tout son flanc gauche, celle qui marquait son dernier acte de liberté avant de devenir le Gardien des Enfers. Même s’il n’était pas du genre à se vanter le moins du monde, le Directeur était très fier intérieurement de cette marque, car elle montrait que, une fois au moins dans son existence de soldat, il avait été capable d’aller contre les ordres, et d’agir comme il voulait.
Une fois debout sur le ring, devant Viken, il posa les règles, que ce dernier sembla accepter sans la moindre réflexion, bien au contraire, tout cela semblait lui plaire au plus haut point. Mais chez les deux hommes, quelques secondes après, les visages se fermèrent, touts entiers absorbés par la lutte imminente.

« Il maîtrise plusieurs arts de combats, et il est aussi capable de les mélanger. Il faut donc que je joue moi aussi sur cette carte. Le plus utile sera sans doute la boxe thaïe et le taekwondo. Mais il ne m’a pas parlé d’arts martiaux. Le judo va sans doute être difficile à placer, parce qu’il nécessite la garde, le kumikata, et comme il est torse nu ça va être compliqué de l’envoyer au sol de cette façon. Mais ça aurait le mérite d’être inattendu, et pourrait me donner un avantage. On verra, peut-être Ippon seoi nage si j’arrive à suffisamment me rapprocher. Il est très souple, et risque de placer des coups auxquels je ne m’attends pas. Je dois donc rester en permanence sur mes gardes, sans quoi il va parvenir à me surprendre. »

Et tandis qu’il se faisait ses réflexion, le tout durant un dixième de seconde, la musique démarrait dans sa tête. A son écoute, Ulrich fut surpris, car cela faisait un moment qu’il n’avait plus fait ça, mais cela lui revenait à présent : Il jouait une chanson dans sa tête et calquait son jeu de jambe et ses coups dessus, et le rythme changeait sans cesse pour ne pas rester sur le même motif plus de deux minutes.
C’était des violons, une nuée de violons, qui jouaient tous ensemble, sur un tempo plutôt lent pour débuter. Il n'entendait plus rien d'autre à présent, mis à part sa respiration et les battements de son coeur.

Que commence le combat.

Et c'est Viken qui ouvrit la lutte. Il s'avança vers lui, ce qui força Ulrich à adopter une position défensive, poings levés. Il comprit suffisamment vite qu'il s'agissait d'une feinte, et fut assez rapide pour bloquer le coup qui visait directement son thorax. Déplaçant un tout petit peu sa position vers sa droite, il fut assez déporté pour pouvoir esquiver le coup du droit à la tête, cependant il s'en fut de peu. Mais le problème, c'était que, obnubilé par ses poings, Ulrich n'eut pas le temps de bloquer la jambe, et le coup l'atteignit directement dans le flanc. La respiration momentanément coupée, le Directeur était cependant suffisamment solide pour ne pas bouger de sa position, accusant le coup sans rien dire, cherchant juste à ne pas perdre sa position

"Il frappe de tous les côtés, il va être difficile à surprendre. Mais il n'a pas encore eu le temps de recréer sa garde après son dernier coup, et je dois profiter de l'ouverture. Dans cette position, il est légèrement déséquilibré, trop en appui sur sa jambe droite. Je vais tenter un coup direct au ventre, un uppercut avec le poing droit pour lui faire bloquer mon attaque, et pendant ce temps, je vais essayer de venir faucher sa jambe trop en appui avec le pied, un peu comme si je faisais Okuri-ashi-barai. C'est une attaque suffisamment étonnante pour peut-être le déstabiliser, mais pendant le fauchage il ne faut surtout pas que je perde l'équilibre, sans quoi c'est moi qui serait en porte-à-faux."


Ulrich entendait toujours les violons. Ils accéléraient. Se mettant en mouvement au même rythme que la pulsation de la mélodie, il lança son uppercut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 09/12/2011
Age du personnage : 26
Localisation : Quelque part en Enfer...


MessageSujet: Re: Quand les grands esprits se rencontrent [suite]   Mer 11 Jan - 15:32

Comme il l'avait apprit, à chacun de ses coups, Viken avait lâché un petit son de voix. Il était très important de s'oxygéner convenablement, et d'expirer une partie de ce que l'on a dans les poumons à chaque coup donné, le vide pulmonaire posant la limite maximale du nombre de coups que l'on peut donner d'affilée. Ce son qu'il émettait à chaque fois était confirmation personnelle de son expiration. Avant cela, il s'était mit en garde, un poing levé devant son visage, et un autre devant la poitrine. Contrairement à Ulrich, il avait opté pour une garde statique, pour un équilibre plus avancé. En même temps, il travaillait le plus des muscles de son corps possibles, contractant et décontractant à une demi seconde d’intervalle. Il n'aurait besoin de le faire qu'une ou deux minutes pour que le gonflement musculaire soit prêt à amortir les chocs. Cette technique, visant à contracter le muscle visé pile au moment de l'impact, était d'une efficacité redoutable pour qui le maîtrisait. Les experts parvenaient à déboiter voire briser le poignet du frappeur grâce à cette technique. Hélas, Viken la maîtrisait, mais pas à la perfection, il lui arrivait de rater le bon timing, et même lorsqu'il réussissait, ses muscles manquant légèrement du volume convenable encaissaient tout de même quelques dégâts même si déjà moins.

Enfin, il avait lancé son attaque. Son coude fut esquivé, rien d'étonnant, sa frappe de poing se perdit dans l'air, son adversaire avait du réflexe. Mais sa jambe atteignit son but, mais sans qu'Ulrich ne laisse paraître une quelconque douleur. Maintenant, le Pantin se prépara à la riposte.
Ce fut un solide uppercut visant son abdomen qui arriva. Viken bloqua le coup de justesse de son avant-bras droit, mais fut déséquilibré par la puissance de frappe adverse. Sa jambe n'eut pas le temps de rejoindre l'autre afin de restaurer son équilibre, Ulrich avait déjà avancé une des sienne pour faucher son appui. Chose faite, Viken eu le temps durant sa chute de positionner son corps pour le basculer de façon à ce qu'il tombe au niveau de l'échine, lui permettant d'amortir en se pliant au moment où il toucha le sol, puis de se propulser en tendant ses vertèbres, de façon à revenir en position debout. S'il n'avait pas cette souplesse et le réflexe de ce mouvement en cas de chute, il aurait pu sévèrement mal tomber. Enfin, maintenant, il était de nouveau redressé, et allait pouvoir enchainer la suite. Désormais, il devrait se méfier bien plus encore. Ulrich se battait avec son cœur, mais aussi bien avec sa tête, il fallait à tout prix garder l'équilibre et faire attention aux ouvertures. Ayant tâté de son poing de l'avant-bras, il ne douta plus de la domination d'Ulrich au niveau de la puissance.

Une petite analyse s'imposait mais il n'avait pas long, la prochaine attaque devait être sienne. Le détenu avait une connaissance du corps humain assez élevée, les poings sensibles sont assez difficiles à atteindre, mais un homme n'ayant jamais encore goûté à la douleur d'un point fragile qu'il ignorait ne le couvrait jamais assez. Il fallait faire des dégâts pour être efficace, le coup au flanc, étant protégé par des muscles, n'était pas de cette efficacité redoutable qu'il aimait adopter. Le corps humain était pourvu d'endroits victimes d'insuffisance musculaire, même chez les plus musclés. Celui auquel il pensa allait être sa prochaine cible. Juste au dessous de l'aisselle se trouve de la peau, et en dessous se trouve la prolongation des côtes. L'endroit dispose d'une fragilité difficile à explorer, il allait donc devoir pousser le Directeur à découvrir cet endroit pour qu'il puisse y glisser un poing. Il viserait à droite, donc le côté gauche de l'adversaire. S'il n'avait jamais été frappé à cet endroit auparavant, il allait être moins prudent sur cette zone, mais il aurait tout de même le réflexe de bloquer ou d'esquiver. Bien...

Alors... Je vais commencer par un low kick, je viserais son genoux droit de ma jambe gauche, mais je ne frapperais pas, je replierais ma jambe lorsqu'il se crispera pour bloquer ou esquiver. Je me servirais d'appui de ma jambe lorsqu'elle sera revenue, puis je prendrais meilleure position pour tenter de frapper en appuyant bien sur l'os de sa hanche droite de mon pied droit. Si j'y arrive, son bassin sera forcé de pivoter au moins légèrement, ce qui laissera son flanc gauche à ma merci s'il n'arrive pas à riposter. Il ne me restera qu'à essayer d'atteindre cette zone fragile de son corps. Je n'aurais pas assez d'appui pour briser les côtes, mais je lui ferais sûrement très mal... Et je devrais aussi jouer de la douleur durant ce combat.

Il lui avait fallut à peine une seconde pour mettre ce plan au point. Maintenant, il ne restait plus qu'à l'exécuter. Scrutant le Directeur dans les yeux pour ne rien révéler de ses actions, il s'avança à nouveau et après inspiration, lança sa jambe gauche pour entamer la feinte, pour enchainer la suite...

[HRP : J'ai décrit comme je l'ai pu, si quelque chose n'est pas assez clair, demande-moi, je te fournirais les précisions. Et, bien ton post ! =D Je sens que tu vas gérer, je le sens ! /]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 24/09/2011
Age du personnage : 22
Localisation : the Island of Madness


dossier médical
Age: 27 ans
Statut: Gardien des Enfers
Particularités ou description physique rapide:

MessageSujet: Re: Quand les grands esprits se rencontrent [suite]   Jeu 19 Jan - 16:05

Exactement comme l'avais supposé Ulrich, Viken parvint à bloquer l'uppercut, pourtant d'une grande puissance. Mais comme ce n'était pas là la finalité de l'attaque, ce n'était pas vraiment important, bien au contraire. Par contre le fauchage atteint son but, et le combattant, complètement déquilibré et il tomba au sol, usant toutefois de ses réflexes pour ne pas se faire de mal.
Durant une seconde, alors que Ulrich se trouvait en position de supériorité par rapport à son assaillant, ses souvenirs de l'école militaire lui revinrent en tête. Mais, contrairement à cette époque révolue, la nuée de violon étouffa dans l'oeuf l'idée de l'achever au sol, comme à de nombreuses reprises il n'avait eu aucun scrupule à le faire. C'était un combat d'honneur, avec un adversaire de valeur, et le Directeur se comporterait de façon à en être digne. Alors il se remit en position, attendant de manière neutre, que Viken se relève, manifestement sans de réels dégâts. Lentement mais sûrement, le combat prenait en puissance et en vitesse, et Ulrich goûtait par avance du moment où les deux adversaires seraient au maximum de leurs capacités, un instant durant lequel le combat serait à son paroxysme. En fait, il était très rare, d'arriver jusque là, car le plus souvent UIrich terrassait son adversaire avant d'être entré dans cette phase de "résonance", la plus belle du combat.
Mais cette fois, ils y auraient droit, c'était certain! Le combat ne pourrait pas s'achever dans cette seconde précise!

Et c'est à cet instant que Viken lança la riposte. Ulrich était resté sur ses gardes, car le style de combat du Pantin reposait sur sa capacité à exploiter toutes les faiblesses physiques ou de la garde de son adversaire. Il était hors de question pour le Directeur de lui laisser une autre chance de l'atteindre, peut-être plus gravement. Et c'est pour cela qu'il tenta de bouger le moins possible quand Viken lança son low kick. Il pensait que cette attaque avait pour but de le déstabiliser, créer une ouverture pour une autre attaque, et il préférait agir de façon à se protéger le plus possible. D'ordinaire, ce n'était pas son genre de rester en position défensive, mais peut-être que dans cette situation, cela pourrait marcher. Et puis de toute façon, si Ulrich restait cantonné à une sorte de combat précise, il deviendrait bien vite trop prévisible, et Viken pourrait alors le cueillir au tournant.

Pour esquiver le deuxième coup, le militaire ne bougea encore que le moins possible, et il songea l'espace d'une seconde qu'il n'avait pas laissé d'ouverture. Mais il n'avais absolument pas pensé à cette attaque, que d'ailleurs il ne pensait pas connaître. Aussitôt, une douleur sans nom enflamma cette zone de ses côtes. Le souffle momentanément coupé, Ulrich rompit très imprudemment sa garde de combat et recula d'un pas, les yeux écarquillés et cherchant à reprendre sa respiration.

Comment n'avait-il pas pu prévoir une telle attaque? Les points sensibles comme celui qui venait d'être atteint étaient extrêmement utiles, mais aussi dangereux, et il fallait les protéger. Ulrich en avait toujours tenu compte en composant sa garde de combat, mais il ne pensait pas que Viken pourrait atteindre une zone aussi difficile d'accès. Le Directeur l'avait sans aucun doute sous-estimé, mais qu'il ne se fasse pas de soucis: Il ne referait pas cette erreur une seconde fois.

Prenant pleine conscience de son imprudence, Ulrich se remit aussitôt en position, luttant de toutes ses forces contre la douleur qui lui dévorait les côtés et pour reprendre son souffle. Nul doute que cette attaque allait l'handicaper un moment, et que cette erreur jugement allait peut-être lui coûter le combat.
Sans faire le moindre commentaire, Ulrich fixa durant un infime instant son adversaire dans les yeux, mais des paroles y auraient été tout aussi visibles: Une certaine admiration, l'acceptation de sa propre erreur...Doublés d'une lueur joyeuse. Et...était-ce une ombre de sourire qui furtivement s'était créé sur ses lèvres? Un combat qui n'est pas facile n'est pas un combat, un combat qui ne saigne pas n'en est pas un. Tout comme pour la musique, Ulrich avait des idées très arrêtées et très réfléchies sur le sujet, et cette rencontre entre la Poupée de l'Etat-Major et le Pantin de l'Assassin dépassait toutes ses espérances. Viken n'avait même rien à envier aux Elites, à qui il aurait fait honneur s'il avait rejoint leurs rangs.

Cependant, il fallait tout de suite se reprendre, sans quoi le combat serait beaucoup trop court. Rassemblant toutes ses idées, Ulrich élabora sa prochaine attaque.

"Très bien...Il va falloir frapper très fort sur ce coup, sans quoi il va conserver un avantage certain. Je ne vais pas utiliser tout de suite les clefs d'étranglement, ce serait trop logique avec une attaque comme celle-ci. Peut-être plutôt riposter par une attaque violente, faite pour lui briser sa garde.
Je vais avancer le côté gauche pour me mettre un peu sur le côté, pour lui donner moins d'ouverture et chercher à le frapper d'un atémi à la gorge. Que ça fonctionne ou non, je ramènerai mon poing droit et le frapperai directement au visage."


Alors qu'il allait lancer son attaque, Ulrich entendit un bruit d'agitation, et tourna une seconde la tête en direction du bruit. C'était plusieurs détenus, des Elites, qui les regardaient d'un air ahuri en chuchotant. Mais, que faisaient-ils ici? Ulrich avait dû se tromper en pensant que la salle était libre pour plusieurs heures.
Quoi qu'il en soit, Ulrich reporta aussitôt son attention sur Viken, et lança sa riposte. Les Elites allaient en avoir pour leur temps, un combat entre le Directeur et un détenu qui était sans doute le meilleur combattant de tout the Island of Madness, cela aurait de quoi les occuper un moment, à n'en pas douter!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 09/12/2011
Age du personnage : 26
Localisation : Quelque part en Enfer...


MessageSujet: Re: Quand les grands esprits se rencontrent [suite]   Ven 20 Jan - 13:46

OUI !!! Lorsque sa deuxième attaque fut esquivée comme la première, le Pantin avait quand même lancé son poing, même sans l'espoir d'atteindre l'endroit désiré. Pourtant, ses phalanges choquèrent contre les hautes côtes. Ulrich n'avait pas fait attention, sûrement parce qu'il n'avait jamais connu cette douleur. Son coup avait bien porté, et il s'était sûrement fait ressentir par le Directeur qui ne laissa aucun son sortir de sa gorge. Un homme d'une solidité respectable.
Durant cette attaque, Viken avait pu apercevoir l'étendue de la cicatrice de son adversaire, qui se prolongeait dans son dos. Une marque de blessure assez impressionnante... Le souvenir qui était relié avec devait probablement en être tout aussi grand...
Ce fut son regard suivant le coup qui fut agréable, excitant... Un regard de combattant, non... Un regard de guerrier. Mais aucune haine dans ce regard, presque de l'amusement. Amusement non pas moqueur, mais emplit d'un esprit combattif démesuré. Un homme qui ne connaissait pas l'abandon, un homme qui aimait se battre. Se battre, et non se bagarrer. Viken avait aperçu derrière ce regard, un défi de taille titanesque. Un puissant Ki habitait son adversaire, presque écrasant. Pour le moment, c'était un combat, qui mutait en bataille. Et lorsque chacun des guerriers pousserait ses capacités à fond, cette bataille se transformera en une collision entre deux météores, le choc allait être terrible, violent. Encore quelques phases et cet instant allait arriver, et allait durer jusqu'à ce que l'un d'eux tombe au sol pour ne pas savoir se relever.

Un sourire très léger, confirmant toutes ces théories, se fit voir sur les lèvres du Militaire. Le temps entre deux attaques, il n'y a aucun repos, ce sont les entités qui s'affrontent et communiquent. N'importe quel pleutre aurait succombé de ce coup... La joie de l'affront d'un tel esprit se faisait ressentir dans chacun des hommes du ring. Les seules choses qui ne faisaient pas d'eux des gladiateurs étaient le fait qu'ils avaient fuit leur César, et leur compréhension du fait qu'un adversaire de taille était précieux et ne devait être occis en aucun cas s'il n'était pas un ennemi.

Maintenant, il allait riposter... Il fallait se tenir prêt au choc, ne surtout pas baisser son attention, garder la concentration à son comble, les nerfs tendus, prêts à exécuter chaque mouvement que le cerveau demanderait.
Au moment où Ulrich allait sûrement frapper, la venue d'autres personnes l'arrêta un instant. Viken se demandait bien qui pouvaient bien être ces détenus. Sûrement les Elites, car aucun n'eut visiblement l'idée d'intervenir pour tenter de s'en prendre au Directeur. Ils regardaient simplement, parlant entre eux à voix basse. Ils devaient sûrement se demander ce qu'il se passait, mais ils allaient avoir confirmation à ce qu'ils devaient avoir du mal à croire.
Ulrich Breslin, qu'il gagne ou qu'il perde, allait gagner en respect durant ce combat.

Rapidement, le Pantin se remit en garde, doutant fortement que son adversaire allait arrêter le combat pour ces regards. Il y avait bien trop d'intérêt dans cet affrontement pour le stopper.
La confirmation à cela arriva à toute vitesse en direction de sa gorge. Un atemi, redoutable attaque qui portée faisait de méchants dégâts, surtout à la gorge. Le Pantin bloqua donc cette attaque en garde croisée, mais fut surpris par le coup suivant. Rare étaient les attaques combinées utilisant deux fois le même bras, et encore moins dans la même zone. Pourtant, il aurait pu prévoir ce coup s'il avait été plus attentif à la suite de l'atemi, car la douleur empêcherait Ulrich d'utiliser son bras gauche pour frapper pendant un très court moment, la douleur deviendrait ensuite supportable et il pourra frapper à nouveau de pleine puissance, malgré la gène. Mais il était trop tard. Ayant prévu une attaque au niveau de la poitrine ou des côtes venant de son adversaire, il avait trop tôt descendu sa garde à niveau, et le puissant poing d'Ulrich, d'une rapidité étonnante pour une deuxième frappe consécutive, arriva s'écraser de plein fouet contre son front.
Ce coup qui s'avéra très critique propulsa le détenu en arrière, décollant presque ses deux pieds du sol.
La douleur frontale l'obligea à fermer son œil une précieuse seconde, tandis qu'il se rattrapait aux cordes pour ne pas tomber. Il ne devait pas se laisser découvert plus longtemps. Rapidement, malgré la douleur qui d'ailleurs ne le laissait pas sentir le liquide rouge qui coulait du haut de son front, il se remit en position de garde. Cette fois, ce fut lui qui alla chercher le regard de son opposant, comme pour le féliciter de cette attaque. Puis il rendit son léger sourire à ce grand esprit. Il était heureux d'affronter une si forte personne en combat singulier.

Le sang était maintenant à moitié de son front et le sifflement de ses oreilles se calmait pour lui faire remarquer le silence qui s'était posé dans la salle après les petites exclamations de surprise dues à la violence du coup qu'il venait de se prendre. Mais son attention se portait déjà sur la prochaine attaque...

Il m'a bien eu, et je ne l'aurais pas au même endroit deux fois de suite. Je dois frapper sur un autre point sensible et douloureux, mais pas à la tête, ça serait trop prévisible juste après son attaque. Je vais tenter d'atteindre la clavicule au niveau du buste, juste au milieu de l'os. C'est un autre endroit dépourvu de muscles, mais bien nerveux donc bien douloureux en cas de choc. Hélas, ce point sensible est un des mieux gardés, je vais devoir gérer si je veux pouvoir l'atteindre, car lors de ma précédente combinaison, il s'en est fallut de peu pour que je réussisse. Dans tous les cas, cette fois, même si mes premiers coups auront pour but de baisser sa garde, mais sans feinte, chaque coup sera porté. Je pense jouer de mes jambes avant de frapper du poing. Oui, je suis souple et je vais en profiter. Je vais tenter un pied levé de front. Je lèverais ma jambe droit vers sa mâchoire. Que je le rate ou non, j'attraperais ma jambe avec mon bras s'il n'a pas bloqué le coup, puis je tenterais de l'atteindre du talon en la rabattant. Ensuite, à ce moment, peut-être sera-t-il assez en mouvement pour que je tente d'atteindre sa clavicule de mon poing droit. Je viserais sa gauche, car il ne faut pas équilibrer la douleur de l'adversaire s'il n'y a pas handicap. Si je peux éveiller la douleur du même côté, cela sera bien plus gênant pour lui. Si j'y parviens, et que je survis à sa riposte, je pourrais viser la tête au prochain tour...

Son plan mit en œuvre dans son esprit était tout-à-fait clair, il était temps de passer à l'acte. Et maintenant que ses muscles avaient produit assez de gaz pour être assez chauds, il allait être plus stable. Si Ulrich visait une partie musculaire, il saurait beaucoup mieux encaisser s'il réussissait son gonflement musculaire dans le timing parfait. Il en était de même pour ses poumons.
Rapidement, le Pantin s'avança à un mètre de son adversaire, et lança sa première attaque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 24/09/2011
Age du personnage : 22
Localisation : the Island of Madness


dossier médical
Age: 27 ans
Statut: Gardien des Enfers
Particularités ou description physique rapide:

MessageSujet: Re: Quand les grands esprits se rencontrent [suite]   Lun 23 Jan - 10:53

Alors que Ulrich n'osait pas trop y croire, son attaque atteint son but au delà de ses espérances. Son poing atteignit le front de Viken, qui partit en arrière et manqua de s'effondrer purement et simplement. Le Directeur put entendre les légers hoquets de surprise provoqués par la violence de son attaque dans les rangs des Elites qui ne perdaient pas un miette du combat. Il état vrai que Ulrich ne s'était jamais battu depuis qu'il avait pris son poste de Gardien des Enfers, et que ses compétences dans ce domaine avaient de quoi surprendre. En même temps, Ulrich avait beau avoir été envoyé ici pour faute grave, insubordination et manquement grave à l'autorité, il n'en restait pas moins un militaire respecté dans le milieu, dont les compétences avaient permis de mener à bien de nombreuses missions d'importance dans le monde entier. Cependant, Ulrich n'était que peu fier de ses états de service, car ils ne montraient que des morts, des massacres, de la destruction...D'ailleurs, il n'en était jamais vraiment vanté...

Revenant tout de suite à l'instant présent, Ulrich regarda son valeureux adversaire se remettre debout, et dans ses yeux une lueur de joie se fit voir. Le militaire n'y répondit pas, mais Viken savait sans doute quelle serait sa réponse s'il avait parlé. Cependant il était temps de se recentrer tout de suite sur le combat. La douleur causée par la précédente attaque inondait toujours son flanc gauche. Ce qui risquait de se révéler handicapant pour la suite. En effet, malgré la diversité de ses coups et de son style de combat, Ulrich était gaucher, et était naturellement un peu plus habile et fort de ce côté que du droit. Si le jeune homme ne parvenait pas à reprendre le contrôle, il serait sans doute mis dans une situation quelque peu problématique. Il allait sans doute devoir jouer sur des attaques imprévisibles, ou d'autres, un peu spéciales qu'il n'avait utilisé que peu car elles n'étaient pas totalement maîtrisées. Il lui fallait se renouveler tout de suite, sans quoi la pulsation de douleur dans son bras sonnerait le glas de ce combat.

Le problème avec Viken, c'était qu'il utilisait des techniques que Ulrich connaissaient pour la plupart, mais que n'ayant jamais vu utilisée, il n'était pas habitué à devoir contrer. Et c'est exactement ce qui se passa avec l'attaque suivante du Pantin.
En le voyant lever sa jambe à une telle hauteur avec manifestement l'intention de viser sa tête, Ulrich pensa qu'il utilisait la capoeira, et se baissa en levant le bras pour écarter la jambe de son adversaire. Il allait tout de suite s'écarter pour pouvoir faucher la seule jambe de Viken tant qu'il en avait l'occasion, mais ce dernier abattit brusquement son pied, assenant son talon avec une force surprenante sur la tête du Directeur. Celui-ci, prit par surprise, tomba à genoux au sol, avec l'impression que sa tête était passée dans le tambour d'un lave-linge. En sentant un liquide couler le long de sa tête et poisser ses cheveux, il comprit que sa tête avait souffert. Cependant il ne s'en inquiéta pas plus que ça, sachant que les blessures à la tête saignent toujours beaucoup. Mais sa vue était floue, et il avait l'impression d'être devenu sourd.

Comptant sur son sens de l'équilibre déjà bien altéré, le Gardien des Enfers parvint à se remettre debout, jurant entre ses dents quand il vit deux Viken se mettre en mouvement. Incapable pour quelques secondes de réfléchir correctement, il laissa alors son corps diriger à sa place, et son instinct prendre le dessus. Sans doute par pur coup de chance, il parvint à bloquer le coup juste avant qu'il n'atteigne son but.

"Je vais profiter du fait que je tienne son poignet pour tenter de lui faire Ippon-seoi-nage. Cela va être compliqué sans kumikata à prendre, mais je devrais m'en sortir, il est plus léger que moi. Si j'arrive à l'envoyer au sol, je tenterai Juji-gatame pour le priver de son bras droit."



Le sang continuait de couler dans sa nuque et sur son front, collant ses cheveux et occasionnant parfois des vertiges. Dans la foulé de l'immobilisation de son dernier coup, Ulrich lança son attaque.

[\\\HRP: Voilà, j'ai choisi de n'utiliser que du judo aujourd'hui^^ J'ai mis des images à chaque fois comme je préfère utiliser les noms japonais, si ce n'est pas clair n'hésite pas à me demander^^ (Etant trop légère je n'utilisais jamais Ippon, mais j'aimais bien Juji-gatame xD) Voilà, si quelque chose te gêne dis-le moi et je changerai^^!///]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 09/12/2011
Age du personnage : 26
Localisation : Quelque part en Enfer...


MessageSujet: Re: Quand les grands esprits se rencontrent [suite]   Mar 24 Jan - 14:34

Le front du Pantin était toujours douloureux, ce qui était normal. Le sang coulait toujours mais heureusement, pas dans son œil valide. Enfin, il lança son attaque, sa jambe se levant à pleine puissance vers la mâchoire de son adversaire. Comme à son attente, elle ne fouetta que l'air. Malheureusement, l'esprit trop amusé par le combat, il n'avait pas pensé au fait que sa jambe d'appui était maintenant découverte et à la merci de son opposant. Viken, dans le timing, rabattit sa jambe levée à temps, cognant brutalement le crâne du Directeur et le fit saigner en plus de le mettre à genoux. Mais il se releva presque aussitôt, comme il s'y attendait. Un corps si solide ne capitulerait pas si facilement. Tous les nerfs et muscles de son bras se contractèrent, chargeant un coup qui se devait d'être porté à pleine puissance.
Le poing partit en direction de la clavicule du combattant adverse, s'il parvenait à atteindre son but, il aurait porté deux coups critiques et reprendrait un avantage certain dans le combat. Son coup fut stoppé net par Ulrich, qui avait attrapé son poignet. D'excellents réflexes, et une très solide poigne dont Viken ne parvint à se dégager par la force brute.

Au moment où le Pantin allait s'aider d'un coup de pied dans l'abdomen pour dégager son bras de l'étreinte solide, il fut soudainement basculé, puis retourné et brutalement écrasé au sol, sa Croix lui ayant endolorit quelques vertèbres. Il s'était fait avoir par une prise de Judo. Il était au sol et toujours maintenu, il devait se dégager à tout prix ! Et là encore, il fut devancé, ses réflexes l'ayant à nouveau trahi, ce fut un Juji-Gatame qui s'en suivit, à sa grande surprise.

Le voilà coincé, son bras prisonnier d'une prise redoutable qui faisait toujours son effet sur n'importe qui, lui y comprit. Lorsqu'Ulrich se cabra, la douleur s'éveilla dans son coude hyper tendu. Étant donné que ce match ne prenait pas en compte l'abandon, et que le détenu n'en avait pas l'intention, le but de cette prise devait être de lui handicaper le bras, voire de le briser s'il le faudrait. Étant droitier, il devait à tout prix trouver un moyen de retirer son bras de cette prison douloureuse ! Il serrait les dents, la douleur ne pouvant se deviner que sur son visage qui laissait une expression claire, les yeux exorbités.
Quelques longues secondes étaient passées, et l'étreinte se resserrait de plus en plus. La douleur l'empêchait de réfléchir librement. Ce ne fut que lorsque qu'un léger craquement articulaire se fit émettre de son coude, annonçant qu'il allait bientôt lâcher, qu'il réagit enfin, se débattant plus violemment. Il plia ses jambes sous ses fesses et se propulsa afin de se retourner. La pression d'Ulrich l'arrêta deux secondes les jambes en l'air et il rechuta sur le dos, de nouveau au même point. Tant pis, c'était la seule solution visible. Il devait concentrer ses muscles au maximum afin de pouvoir se propulser à nouveau à pleine puissance. Son bras ne tiendrait pas plus longtemps.
Viken poussa un hurlement presque bestial et propulsa à nouveau le bas de son corps en l'air, aidé de son bras libre, et visa à se retourner. Cette fois, il était bien mieux partit que la fois précédente, poussé par la volonté de la douleur...

Si je parviens à me retourner, je devrais le maintenir plaqué au sol toujours sur le dos, au gré d'y laisser peut-être mon bras. Ainsi, je pourrais profiter de ma souplesse pour faire venir ma jambe droite et appuyer l'articulation de mon coude pour qu'il ne se brise pas. Ceci rendant sa prise inefficace, il lâchera sûrement. S'il lâche, je le retournerais sûr le dos avec mon bras et de mon gauche, je le saisirais par la taille par derrière, en le plaquant contre moi. Si j'y parviens, je tenterais de le soulever en me levant et je basculerais mon corps en avant tout en me retournant pour le plaquer sur le ventre. Puis je tenterais une clé articulaire du genou, Hiza-Hishigi me parait plus appropriée au vu de son gabarit, je pourrais le maintenir au sol. Pourvu que mon bras droit ne me fasse pas défaut...

[HRP : Pourquoi quelque chose me gênerait dans tes post, enfin ? ^^ J'espère avoir été assez clair sur mes mouvements, même si Hiza-Hishigi me semble être une prise aujourd'hui interdite au Judo. Et continues de faire d'aussi bons posts !!! =D J'adore ce RP !!! /]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 24/09/2011
Age du personnage : 22
Localisation : the Island of Madness


dossier médical
Age: 27 ans
Statut: Gardien des Enfers
Particularités ou description physique rapide:

MessageSujet: Re: Quand les grands esprits se rencontrent [suite]   Dim 29 Jan - 11:30

Et contre toute attente, Ippon-seoi-nage fonctionna. Usant de la différence de poids entre eux deux, Ulrich parvint à faire passer Viken par dessus lui, et à l'envoyer au sol. Il profita même de cet avantage pour ne pas lâcher son bras et pour se mettre en position pour exécuter de la meilleure manière possible Juji-Gatame. Au judo, en temps normal, on ne fait jamais cette technique jusqu'au bout puisque le but, est de marquer le maximum de point en immobilisant l'adversaire le plus longtemps possible si l'on est pas parvenu à une victoire par un Ippon direct. Mais, puisque les règles de ce combat n'incluaient pas ce genre de victoire, il fallait utiliser la prise jusqu'au bout.
Une fois en position, et certain que le Pantin aurait du mal à se dégager de son emprise, Ulrich se cambra de toute ses forces, avec dans l'idée de priver son adversaire de son bras directeur. Il pouvait sentir les efforts du jeune homme pour se défaire, mais pour l'instant il n'y était pas parvenu. Le Directeur entendit soudain un craquement articulaire presque sinistre, signe que son bras allait bientôt lâcher. Pour accélérer le processus il donna une seconde impulsions en se cabrant encore plus, décidé à exécuter la prise jusqu'à son terme.

Cependant, sans doute galvanisé par l'hypothétique perte de son bras, Viken parvint au bout de la deuxième tentative à rendre sa prise inefficace. Par réflexe, et ce fut une grosse erreur de jugement de sa part, Ulrich lâcha sa prise pour tenter de la reprendre juste après. Mais son adversaire ne lui en laissa pas le temps, et très vite la situation se renversa à son désavantage. Bloqué au sol sur le ventre, le Directeur se trouvait en position de faiblesse, ce dont d'ailleurs Viken ne tarda pas à profiter. Passant sa jambe à l'intérieur de son genou, il commença à exécuter une prise d'une efficacité redoutable, Hiza-Hishigi.

Aussitôt la douleur se fit dans sa jambe très difficile à supporter. S'il ne parvenait pas à se libérer de cette prise, Ulrich aurait sans doute beaucoup de mal à tenir en équilibre debout, et encore moins à user de son jeu de jambes, qui restait un de ses points forts!
Ulrich était en mauvaise posture, et il devait trouver un moyen de se sortir de là. Vite.

Avec l'énergie que l'adrénaline apportait à ses muscles, le militaire tenta de se dégager en se retournant sur le dos. Sur le plan de la force purement physique, c'était lui qui l'emportait, et il tentait de jouer de cet avantage pour se défaire de cette mauvaise posture. Mais Viken s'était très bien positionné, et chaque tentative de mouvement diffusait dans sa jambe un nouvel éclair de douleur à la limite du supportable. Et pourtant, le visage de Ulrich ne montrait rien de tout cela, le seul geste révélateur était celui de se mordre les lèvres de toutes ses forces pour s'empêcher de crier, emplissant ses lèvres et sa bouche de sang.

Au prix d'un effort qu'il ne se croyait pas capable de faire, Ulrich utilisa toute sa force dans ses jambes pour tenter d'empêcher Viken de serrer encore plus. A la seconde où la pression sembla se relâcher de manière infime, le Directeur parvint à se libérer de la prise, la jambe blessée se rappelant douloureusement à lui au moment où il tenta de la bouger. Très difficilement il se remit debout, soupirant de soulagement en voyant qu'il tenait en équilibre, avec difficulté mais qu'il y parvenait. Il ne serait sans doute plus aussi rapide qu'avant, mais au moins il était encore en état de continuer le combat.

Le combat ne peut plus s'éterniser, maintenant. Nous avons tous les deux été éprouvés, et malgré notre endurance respective cela ne durera plus. Il faut que je tente de porter un coup très violent, capable de l'ébranler pour pouvoir lui mettre le coup final.
Les corps commencent à fatiguer. Si j'arrive à le frapper au niveau du système respiratoire, il aura du mal à irriguer ses organes, et s'épuisera encore plus vite.
Je vais tenter de lui asséner un violent coup de pied dans les genoux, avec ma jambe blessée. Cela va sans doute me faire très mal, mais à cause de sa dernière attaque il ne pensera peut-être pas que je tente d'utiliser cette jambe là. Et, pendant qu'il tentera de me bloquer, qu'il y parvienne ou pas, je tente un uppercut à pleine puissance au niveau du thorax.


Ulrich prit alors une grande inspiration, cherchant à calmer l'assourdissement battement à ses tempes, et lança son attaque.

[Je ne sais pas si cette prise est interdite, mais personnellement on ne me l'avait jamais apprise^^
Je n'ai pas le temps de répondre à ton MP, je le ferai dès que possible, et je dois rendre le PC o/ J'ai déjà hâte de lire ta rep^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 09/12/2011
Age du personnage : 26
Localisation : Quelque part en Enfer...


MessageSujet: Re: Quand les grands esprits se rencontrent [suite]   Dim 29 Jan - 13:41

Sur son visage, la douleur était perceptible par cette larme qui avait coulé de son seul œil valide. Mais Viken s'était ressaisi et malgré la douleur, il parvint à retourner son adversaire. Maintenant, ne restait plus qu'à causer un maximum de douleur à son genou. Hiza-Hishigi était lancé. Il lui restait maintenant à parvenir à ses fins. Son coude gauche était très douloureux, mais il serra les dents pour tenir. Au moins pour cette prise, il le devait... Le Directeur bougeait, essayant de se retourner, et le Pantin avait beaucoup de mal à maintenir sa prise. Son bras lui faisait affreusement mal, et Ulrich était bien plus pesant que lui.
Après quelques minutes, il fut obligé de lâcher, mais il avait sûrement déjà causé des dégâts. Seulement, s'il était handicapé de son bras droit, son adversaire n'était handicapé que d'une jambe, et pouvait très bien rester debout quand même. Lui devait avoir perdu de la puissance de frappe, et il était droitier... Il ne lui restait que son bras gauche et ses jambes, heureusement encore. Mais il ne pourrait en aucun cas pousser trop sur son bras droit...
Lorsque sa prise fut cassée, ils étaient à nouveau debout, et le détenu devait récupérer un peu ses esprits avant de frapper. Ulrich aurait donc largement le temps de placer quelques coups. Ils seraient probablement critiques s'il était touché...

Le Pantin se replaça de garde, gardant un visage neutre, concentré. Il ne devait montrer aucune douleur, il ne devait pas se trahir, et surtout, il devait se concentrer au maximum sur les météorites qui allaient s'abattre sur lui. Il avait déjà prit un très mauvais coup dans le front, et il en ressentait encore les effets. Malgré toute cette douleur, malgré le fait qu'il était mal en point, ce combat était une pure joie... Il en prenait plein la tronche et le rendait comme il le pouvait à un adversaire de taille, un combattant talentueux qui ne lui faisait aucun cadeau, si ce n'était celui du combat simplement. Il était réellement bon, et la perte du combat s'envisageait déjà pour le détenu. Mais il ne se laisserait pas faire pour autant, il se battrait jusqu'au bout. Tant qu'il pourra frapper, il frappera, tant qu'il était encore conscient, le combat ne cessera pas. Et pour cette raison, il devait protéger sa tête à tout prix...

L'attaque adverse arriva. Un uppercut ! Un coup dont la volonté donnait la vitesse et la puissance... Un esprit combattif, cet Ulrich... Mais le détenu n'avait pas encore eu l'occasion de faire part de sa défensive aux coups visant muscles ou poumons... Cette fois, il devait donner le maximum. Il n'avait pas le temps d'esquiver cette frappe, et pas la puissance nécessaire dans les bras pour parer physiquement. Le timing de son gonflement devait être parfait, et l'inspiration devait être puissante, rapide et maintenue. Les poumons du Pantin se vidèrent de tout leur air. Puis, très attentif au choc qui se faisait attendre, il baissa ses bras, se préparant à bomber le torse afin d'amortir le maximum de dégâts...
Juste au moment de l'impact du choc, un bruit d'inspiration intense se fit entendre. L'air trop rapidement inspiré lui sécha la gorge, ses poumons se gonflèrent à bloc en une demi seconde... Le choc était encaissé, mais il lui avait directement ressortit la moitié de l'air qu'il venait tout juste d'inspirer, la douleur se fit moins intense que s'il avait prit ce coup sans ne rien faire, mais elle était tout de même présente, et manqua de lui couper trop violemment le souffle... Sa cage thoracique avait prit également de sacrés dégâts, mais il ne devait pas faire diverger son esprit de ce qui allait arriver. Ce coup ne serait probablement pas le seul...

Ce fut un coup direct aux genoux qui fut tenté. L'esquive se fut très juste, mais il avait retardé sa perte... Mais Ulrich avait frappé de sa jambe douloureuse ? Il était vraiment déterminé... Sa détermination était un danger pour la suite. Un grand guerrier, est un grand esprit. Que se passait-il lorsque deux grands esprits se rencontraient, sous le choc de la rivalité, du plaisir de se battre ? Ulrich serait sûrement le meilleur qu'il rencontrerait. Est-ce que sa condamnation était calculée pour que deux guerrier puissent se rencontrer et partager un combat titanesque ensemble ? Dans ce cas-là, il n'allait pas décevoir cette entité, car il n'abandonnerait pas, et le mot "abandon" n'avait non plus l'air de faire partie du lexique de combat d'Ulrich...

Ses poumons respiraient du feu, il avait du mal à s'oxygéner. Le fait qu'il était un gros fumeur n'y était probablement pas pour rien. Il avait reçu un nouveau coup critique. Son œil laissa paraitre ses vaisseaux sanguins. Mais il devait répliquer rapidement. Dans un combat comme celui-ci, on ne peut pas prendre le temps de se rétablir. Il faut alors se surpasser... C'était une course aux dégâts. Il fallait en infliger le plus possible en en subissant le moins possible... Il fallait gérer son état physique, gérer la douleur, gérer son esprit. Il devait réfléchir rapidement... Un plan fut rapidement établit.

J'ai du mal à respirer... Mais je ne tomberais pas... Si je n'avais pas agi de la sorte, je serais sûrement au sol, en train de recracher mes poumons... Si je prends un autre coup comme celui-là, aux poumons ou à la tête, je perdrais... Je dois frapper dur. Il me reste mon bras gauche, et mes jambes. Il faut que je parvienne à cogner aussi durement que lui. Déjà, on peut laisser tomber mon bras gauche, même mon bras droit serait incapable d'égaler sa puissance de frappe s'il serait en bon état. Il me reste mes jambes. Elles sont puissantes, et mes genoux sont solides. Il faut que je trouve un moyen de présenter mon genou à son visage ou à sa clavicule... Si je porte un coup de pied puissant droit vers son abdomen, je pourrais le faire reculer même s'il le protège. Grâce à ma précédente prise, sa jambe doit encore lui faire mal et il pourrait donc peut-être perdre légèrement l'équilibre nécessaire à la riposte... Oui... Ma jambe droite disposant d'une meilleure frappe que la gauche, je vais devoir utiliser mon bras droit afin d'attraper sa tête par l'arrière et la tirer vers mon genou pendant que je sauterais pour le lancer à pleine puissance vers son visage. Pourvu que mon bras ne me trahisse pas, je dois réussir ! Même s'il lui en faudra plus pour être KO, ce coup serait déjà pas mal critique si je parviens à le porter...

[HRP : Oui, il me semble que les prises de luxation des chevilles et rotules sont aujourd'hui interdites au Judo. Après, peut-être que je me trompe. ^^
J'aime vraiment ce RP, j'en prend plein la gueule, et j'adore ça ! =D
PS : Bien, ton nouvel Avatar ! ^^ /]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 24/09/2011
Age du personnage : 22
Localisation : the Island of Madness


dossier médical
Age: 27 ans
Statut: Gardien des Enfers
Particularités ou description physique rapide:

MessageSujet: Re: Quand les grands esprits se rencontrent [suite]   Sam 4 Fév - 9:49

L'uppercut atteint son but en plein dans le mille. Cependant le coup n'atteint pas tout à fait l'effet escompté, car Viken, par une sorte de technique respiratoire dont Ulrich ne connaissait rien, l'empêcha d'encaisser le plus gros de l'attaque. Il fut tout de même sérieusement handicapé, mais pas autant qu'il aurait pu l'être. Mais le Directeur, malgré sa surprise, ne se laissa pas le temps de réfléchir là-dessus et lança le deuxième volet de son attaque, le coup de pied. Bouger cette jambe avec une telle rapidité demandait une maîtrise de soi que le Militaire n'était pas certain de posséder, mais il tenta tout de même. Le coup n'atteignit pas son but, mais eu au moins le mérite de déstabiliser son adversaire devant l'utilisation de sa jambe blessée. Voyant l'échec de son attaque, Ulrich ramena sa jambe, se mordant les lèvres le plus fort possible afin de s'empêcher de grimacer. Mais il se devait de tenir encore: Les deux combattants commençaient à atteindre leurs limites, et le combat ne s'éterniseraient pas beaucoup plus.

Le sang qui coulait de sa blessure à la tête commençait à lui couler sur le visage et devant les yeux, et le jeune homme dû l'essuyer d'un geste rapide, en essayant de ne pas rompre le contact visuel avec son adversaire, ce qui serait une erreur monumentale. Comme toujours entre deux attaques, il existait ce minime, infime instant de flottement, durant lequel le combattant élaborait sa riposte. Trop court pour qu'il puisse être utilisé à attaquer, cet instant devenait néanmoins tout à fait palpable dans ces moments précis, ceux où les deux commençaient à fatiguer. Ulrich en profita donc pour empêcher le sang de couler devant ses yeux et d'être gêné. Tout en exécutant ce geste, il cherchait à percer la future stratégie de Viken, se demandant ce qu'il devrait contrer ou éviter. A ce stade, chaque coup était important.

Le détenu n'eut pas besoin de beaucoup de temps pour choisir son attaque. Un coup de pied d'une grande force, balancé juste au niveau de l'abdomen. Ulrich pensa à se décaler pour éviter le coup, mais cela lui était interdit par sa jambe blessée. Alors il fit la seule chose possible: Il bloqua l'attaque avec ses bras. Il ne comprit pas tout de suite en quoi il venait de faire une grosse erreur. En effet, pour bloquer, il s'était légèrement penché en avant, dévoilant sa nuque. Viken attrapa soudainement sa nuque, fit un pas de plus en avant et bondit.
Bloqué au niveau de la nuque et gêné par sa jambe blessée, Ulrich n'eut pas le temps de se déplacer, et se prit avec une force incroyable le genou de son adversaire en plein dans le nez. Un craquement sinistre se fit entendre, et le sang jaillit de son visage malmené.

Aussitôt qu'il le put, Ulrich se dégagea, portant dans un geste tout à fait instinctif ses mains à son nez -complètement détruit. Il titubait, et peinait à conserver son équilibre bipède, le sang coulant abondamment sur son visage. Alors qu'il faisait tout pour l'empêcher, un cri lui avait échappé. Ce coup-là risquait d'être décisif pour la suite du combat.
Difficilement, Ulrich se redressa, laissant ses bras retomber le long de ses flancs. Sa vision de faisait plus floue, et son équilibre devenait de plus en plus instable.

Ce coup-là était violent. Le combat doit vraiment se terminer dans les coups à venir, sinon je vais finir en morceaux. L'idéal serait que je l'achève sur cette attaque. Il a un bras handicapé, mais ses jambes sont encore en bon état. Personnellement j'ai le plus grand mal à respirer, une jambe blessée et le nez explosé. Il faudrait que je tente un coup dans les jambes, et un à la tête.
J'ai peut-être une idée: Un coup de pied dans le genoux droit, assené avec ma jambe en bon état. Cela implique de devoir garder mon équilibre sur la blessée, mais bon, il faut que j'y arrive. Cela va sans doute lui faire mal, et à cause de la perte d'équilibre il va peut-être carrément tomber.
C'est là que je dois en profiter: pendant sa chute, je m'avance et lui assène un coup de poing le plus fort possible à l'arrière du crâne. Si je parviens à le faire jusqu'au bout, il devrait finir KO. Mais s'il survit à ça et riposte, je ne suis pas sûr de tenir...
Je vais tenter ça, de toute façon, je ne peux pas faire grand chose d'autre.


\\\HRP: T'es un peu maso sur les bords, non?^^ Non, je plaisante!
Et merci pour mon vava! C'était en fait le premier vava de Ulrich, mais je l'ai changé pour le cadeau de Jeden, celui que tu connais! Là j'avais envie de changer un peu, alors j'ai remis celui-là^^///
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 09/12/2011
Age du personnage : 26
Localisation : Quelque part en Enfer...


MessageSujet: Re: Quand les grands esprits se rencontrent [suite]   Dim 5 Fév - 16:43

Viken s'était parfaitement élancé malgré son état physique déplorable. Son pied avait porté, et avait surtout occupé les bras d'Ulrich, le laissant profiter d'une large interface d'action. Son bras droit lui avait tiré une terrible douleur à la retenue de la tête de son adversaire, mais il avait tenu, et son genou avait fait un effet plus dévastateur qu'il avait osé l'espérer. Un craquement mêlé à un cri annoncèrent que le nez du directeur avait cédé. A aucun moment, le Pantin n'avait pensé être cruel. Se battre avec tout son être, avec son potentiel au maximum, sans aucune pitié, était là un honneur pour l'adversaire. Le sous-estimer aurait été, en plus d'une grave erreur, un cruel mépris. S'il frappait aussi fort, c'est que ce combattant qu'il avait en face de lui ne lui laissait pas le choix. Donner le maximum de soit-même est une reconnaissance de la force d'un opposant de taille, mais aussi la conscience que l'on pourrait tomber avant lui dans ce combat.

Ulrich ne tomberait pas d'un nez brisé, et le Pantin suffoquait presque, son endurance très limité par le coup qu'il venait de recevoir. Il ne pouvait plus s'oxygéner correctement, le feu dans ses poumons se faisait de plus en plus dévorant. Ses bronches en souffraient, par sa technique, il n'aura que prolongé un peu le combat, mais en rien changé le terme qu'il allait probablement prendre. Cependant, il devait se battre jusqu'au bout. Il ne connaissait pas l'abandon.
"Tuez bien, ou mourrez." C'est ainsi qu'il avait été éduqué. Ces paroles avaient été revues par sa nouvelle façon de penser. "Frappe mieux, ou tombe." Depuis le début de ce combat, il avait formidablement bien frappé, il s'était donné à fond, à corps perdu dans une bataille de titans. Les spectateurs en devaient être sûrement ébahis. Seulement, s'il avait bien frappé, Ulrich avait bien encaissé, et superbement bien rendu. Il lui avait été très rare d'être égalé dans une telle danse, et Ulrich était sûrement l'adversaire ultime qu'il affronterait dans cette vie. Il lui avait offert un superbe combat, un superbe moment.
Son cœur battait comme jamais, s'il ne pouvait pas sourire extérieurement à ce moment, le visage déjà occupé par plusieurs douleurs inconfortables comme elles sont rares, son intérieur était heureux. Qu'il perde ou qu'il gagne, ce combat aura été une expérience qu'il n'aurait jamais pensé connaître. La sueur, le sang, mais presque une amitié qui naissait dans ce mélange malsain.
Oui, à chaque frappe, à chaque coup qu'il recevait, Ulrich devenait pour lui peu à peu à la fois un adversaire formidable, un grand homme, mais aussi presque un ami. Et le Pantin était sûr et certain que le plaisir de ce choc était très bien partagé entre les deux esprits. S'ils s'étaient retrouvés avec un couteau dans la main, hors d'un ring, tout aurait été si différent.

Là, sur ce ring, deux hommes qui avaient toujours été utilisés par le passé. Deux personnes qui avaient été considérées comme des objets, comme des armes, comme des pions. Deux Cavaliers que l'on déplaçait sur un échiquier de la mort. Deux pièces maîtresses qui étaient parvenus à fuir les ordres d'un roi aussi gras qu'insouciant et désireux de ses fins. Aujourd'hui, ces deux pièces s'étaient retrouvées, et menaient un combat que seul leur esprit avait décidé. Ils combattaient librement, pour rien d'autre qu'eux même. Leur plaisir guidait leurs intentions, et leurs intentions étaient beaucoup moins cruelles que les rois.
C'était un combat consentant, engagé par deux hommes libres, pour leur plaisir.

Le Pantin respirait lourdement, comme si chaque bouffée d'air se changeait en gaz dans sa trachée, il suffoquait. Sa tête, toujours douloureuse de par un coup frontal solidement porté, égarait parfois son esprit, baignant ses pensées dans la douleur. Son bras droit, sévèrement atteint, ne pouvait plus servir pour frapper, et son usage en était maintenant très limité... Il peinait même à tenir encore debout. Le sang sur son front était descendu se dépendre sur son visage, et son œil avait beaucoup de mal à ne pas tourner.
Son état était grave, mais sa volonté encore plus forte. Il titubait maintenant sur place, ses genoux flageolaient. Au coup suivant, il allait prendre cher...
Le regard plongé dans celui de son adversaire ne laissait montrer aucune faiblesse, et contrastait complètement avec son corps qui ne suivait plus ses désirs. Cependant, il restait debout. Il devait se remettre s'il voulait frapper bien, et c'était donc l'homme de marbre qui allait frapper. Lui, devrait tout faire pour parer, malgré sa faible condition physique... Il ne devait plus prendre trop de coup s'il voulait rester debout.

Ulrich envoya un coup de pied vers son genou. L'esprit du Pantin réagit aussitôt par réflexe, mais son corps ne suivait plus son rythme. Il ne recula sa jambe que trop tard et elle fut poussé vers l'arrière. Une seule jambe ne suffisant plus à le tenir debout, la chute se suivit, et fut accompagnée d'un poing meurtrier qui s'écrasa violemment contre sa nuque. Le choc le renversa de plus belle en avant et sa chute s'ensuivit d'une roulade de son corps qui le fit terminer sur le dos à la place qu'Ulrich occupait avant de frapper.
Cependant, dans un réflexe surhumain, il releva ses jambes et se propulsa à nouveau pour atterrir parfaitement dessus, bien solidement, face à son adversaire. Il se sentait mieux que jamais. D'ailleurs, là était le problème...
Plus aucune douleur, plus aucune sensation, plus rien. Il était là, en garde, debout, et son corps ne captait plus rien et respirait même normalement. Il resta là, deux secondes, son regard à nouveau plongé dans celui d'Ulrich, à travers les fines mèches de ses cheveux maintenant détachés qui s'étaient posées devant son visage, baignant dans le sang qui continuait de couler de son front.
Sa vue se teinta soudainement de rouge, et son corps n'avait même pas eu le réflexe de fermer sa paupière. Mais qu'importe, Viken avait déjà comprit, et un sourire faible se fit voir sur son visage maintenant penché en avant. Il tombait...

Le Détenu tourna de l'œil et chuta en avant, droit, et heurta le sol du ring de face. Il était maintenant inerte, face contre terre, encore très légèrement conscient, mais il n'entendait et ne voyait plus rien.

Dans un dernière effort, ses lèvres bougèrent légèrement pour prononcer rien qu'un petit mot...

_ Me... rci...

Puis le noir total... Le Pantin sombra dans l’inconscience. Dans un KO parfait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 24/09/2011
Age du personnage : 22
Localisation : the Island of Madness


dossier médical
Age: 27 ans
Statut: Gardien des Enfers
Particularités ou description physique rapide:

MessageSujet: Re: Quand les grands esprits se rencontrent [suite]   Jeu 9 Fév - 8:20

Le combat était terminé.
L'enchaînement de Ulrich atteignit parfaitement son but. Et bien que Viken, par un effort surhumain, parvint à se relever, le coup était trop violent, et il s'effondra au sol. Luttant pour rester debout, Ulrich dut attendre quelques secondes, pour que sa victoire soit certaine. Viken possédait une telle force mentale qu'il était bien capable de se relever encore une fois!
Mais la force physique du détenu ne pouvait plus lui permettre de se relever, et il resta au sol, un unique mot franchissant la barrière de ses lèvres. Un remerciement. Ulrich, à l'entente de ce mot, eut un sourire ensanglanté aux lèvres: C'était aussi à lui de le remercier...

Quand les Elites derrière lui se remirent à chuchoter entre eux, le Directeur comprit que le combat était réellement terminé. Et malgré son corps perclu de souffrances, il s'était rarement senti aussi bien. Cela faisait maintenant quelques années qu'il n'était plus monté sur un ring, et il avait oublié le sentiment de plénitude que l'on pouvait ressentir. C'était grâce au Pantin qu'il avait pu s'en souvenir, et rien que pour cela, c'était à lui de lui dire "merci".
Epuisé, Ulrich se laissa tomber à genoux, non loin du corps de Viken, qui manifestement avait perdu connaissance. Sa tête était couverte de sang, sa jambe le faisait atrocement souffrir, et pourtant dans sa tête, il se sentait bien. Les violons s'étaient tus, mais au moins, il étaient revenus, l'espace d'un combat. Ce dernier était sans doute le plus violent, le plus aboutis techniquement et physiquement qu'il ai jamais eu à livrer. Etait-ce possible que dans cet Enfer, Charon ai trouvé un héros à qui s'attaquer? Cette victoire ne le sortirait pas de sa barque sur le fleuve, mais au moins il aura eu le mérite de l'en faire évader, quelques instants.

Usant du peu de forces qu'il lui restait, Ulrich se releva, et attrapa le corps inanimé de Viken par le bras et le releva, passant son bras sous ses aisselles pour le porter. Sans se soucier du sang qui maculait le ring -il avait sans doute des litres de sang depuis qu'il était là, et en boirait beaucoup d'autres encore-, il descendit précautionneusement du terrain de combat, sans unr egard pour les Elites qui, après l'avoir observé un instant avec dans le regard ce qui ressemblait à une once de respect, commencèrent à s'échauffer. Il se dirigea vers les vestiaires avec son adversaire encore inconscient, et le déposa avec douceur sur un banc.

S'écartant de lui un instant, le Militaire alla chercher un linge qu'il humidifia avant de revenir vers lui, épongeant en premier lieu ses blessures les plus graves en prenant garde à sa lourde Croix. Il y avait dans cette pièce, de quoi faire des bandages et de quoi manger un peu. Après un tel effort, le corps du combattant réclamait du sucre, mais il ne s'en occupa pas pour l'instant, concentré à faire les bandages de Viken. Pour son bras, il ne pourrait rien faire pour le moment, il lui faudrait aller à l'infirmerie, le personnel médical avait l'habitude de soigner ce genre de blessures, reçues au combat. Ulrich, qui pendant le combat n'avait bien sur pensé qu'à ce qui l'aiderait à se battre, espérait maintenant qu'il ne serait pas trop handicapé par la suite avec ce bras. Cependant, il ne ressentait pas la moindre culpabilité, après tout c'était les règles du jeu, et Viken les avait acceptées.

Une fois les premiers soins prodiguées, et pourtant sans se soucier le moins du monde de ses propres blessures, Ulrich alla chercher dans le petit frigo dissimulé dans un coin quelque chose à manger pour lui et son adversaire et sans doute désormais ami. Ce n'est qu'en revenant vers lui, en boitant légèrement à cause de sa jambe, qu'il se rendit compte que le détenu avait repris connaissance. Lui adressant un sourire comme il n'en avait sans doute jamais eu, il s'assit en face de lui, et lui lança d'une voix presque joyeuse:

-C'était un magnifique combat, Viken, et je t'en remercie! J'avais raison de penser que notre affrontement serait intéressant, c'est le meilleur combat que j'ai jamais eu à livrer!


\\\HRP: Je suis désolée c'est un peu court, mais je dois aller en cours dans deux minutes T.T J'espère quand même que ça te plaira^^ J'ai déjà hâte de lire ta réponse o////
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 09/12/2011
Age du personnage : 26
Localisation : Quelque part en Enfer...


MessageSujet: Re: Quand les grands esprits se rencontrent [suite]   Ven 10 Fév - 17:39

L'inconscience du détenu aboutit sur un rêve. Une plaine nocturne dont la Lune dans toute sa rondeur et son éclat donnait un aspect légèrement brillant à l'herbe. Un vent d'une fraicheur que son visage n'avait jamais goûté caressait sa crinière qui s'agitait dans tous les sens. La liberté ? Non, c'était bien plus complexe que ça... Il était vêtu de son treillis au camouflage noir et rouge, de ses Rangers et de son habituel long manteau de cuir noir, qui suivait les mouvements de sa chevelure. Ses gants qui gisaient au sol s'envolèrent sous une bourrasque. Lentement, il ôta son cache-œil et le laissa tomber avant de sortir la dernière clope de son paquet Davidoff qui suivi le vent aussitôt lui aussi. Le Pantin la plaça entre ses lèvres avant de l'allumer. Il était dans un de ces rêves où l'on est conscient, lorsqu'on sait que l'on se trouve quelque part dans une partie égarée et incompréhensible de son cerveau. Restant sur place, scrutant les recoins l'horizon de la vaste plaine de verdure, Viken essayait de donner un sens à ce rêve, et surtout, à la familiarité qu'elle lui évoquait. Un souvenir ?

Au loin, une silhouette se fit soudainement distinguer. Une femme, apparemment vêtue d'une longue robe. Cette femme semblait lui faire de grands signes de la main. Elle criait, aussi, mais le vent fouettait ses oreilles et il ne parvenait pas à distinguer ne serait-ce qu'un mot. Mais la tonalité de cette voix, il la connaissait...

Marcher ne suffirait pas, et prendrait bien trop de temps. Il jeta sa cigarette à peine consumée de moitié et commença à courir en direction de cette personne. Au fur et à mesure de son avancement, le vent se faisait plus violent, comme s'il voulait le ralentir, stopper sa course. Mais il luttait, et pas seulement par curiosité. Deux-cent mètres plus loin, il était déjà essoufflé, et dû s'accroupir pour reprendre son souffle, ne quittant toujours pas la forme des yeux. Elle était encore loin...

Soudainement, ce fut un enfant qui le doubla, à la chevelure mi-longue d'une blondeur rare. Viken n'eut pas le temps de distinguer son visage, juste son dos, et ses rires. Les rires d'un enfant heureux... Dix mètres plus loin, le garçon, ou la fille, tomba dans l'herbe mais se releva aussitôt, marchant un peu avant de se remettre à courir en direction de la femme qui l'appelait par son prénom...

_ Viken !!!

Est-ce qu'il connaissait cette femme ? Avait-il vraiment entendu son prénom ? Qui était cet enfant ? Lui ?

_ Viken ! Est-ce que ça va ? Allez, dépêche-toi, tu devrais être couché, et tu n'as même pas encore mangé !

Cette femme s'exprimait dans sa langue maternelle, en Russe. Tiré en avant par bien plus que de la curiosité, le Pantin se releva et se remit à courir, frénétiquement, ne prenant même pas le temps de se retourner en doublant le petit garçon aux yeux bleus. Il haletait, était essoufflé, mais il était bientôt devant cette femme dont le visage se dessinait à mesure qu'il la rejoignait. Au moment où il arriva enfin devant elle, le vent s'arrêta d'un seul coup, tandis qu'il contemplait un visage qu'il connaissait...

_ Mamaaaaaaaaan !

Quelques secondes après, le garçon très jovial se jeta contre sa mère qui referma ses bras sur ses épaules avant de s'accroupir devant lui, débarbouillant son visage de la terre qu'il s'était mit dessus. Puis elle s'adressa à lui en souriant.

[color=blue][_ Viken, je m'inquiétais ! Où étais-tu passé, je t'ai cherché pendant longtemps !/color]

_ Pardon, maman. Je m'étais perdu dans le bois. J'ai cherché longtemps la sortie mais je n'ai pas trouvé. Puis je t'ai entendue.

_ Je t'ai déjà dit plusieurs fois de ne pas t'éloigner autant. La prochaine fois, fais donc attention. Maintenant, rentrons à la maison, il est très tard.

Plus bas, de l'autre côté de la colline, il y avait effectivement un petit village aux fenêtres éclairées. Viken assistait à la scène. Ainsi, c'était un fragment de souvenir qui était ressurgit. Sa mère était aussi blonde qu'il l'est aujourd'hui, et c'est d'elle également que devait tenir la couleur de ses yeux. Ainsi, il avait toujours vécu en Russie, et dans la campagne étant petit. Avant qu'il ne se réveille dans une vie totalement différente... Son double encore plein d'innocence dévala la colline en courant, les bras écartés, comme le petit garçon heureux qu'il avait été dans une autre vie, bien lointaine aujourd'hui.
Sa mère regardait son enfant, un sourire de soulagement sur le visage, dos au Viken d'aujourd'hui, celui qui rêvait. Celui qui se souvenait.
Il était figé sur place, ne pouvait plus bouger les jambes.
Au moment où sa mère se mit en marche vers le village, il tendit le bras en avant.

_ Ma... Maman...

Elle stoppa alors sa marche, comme si elle l'avait entendu, puis elle se tourna vers lui. Son sourire s'était atténué, et son visage exprimait maintenant une autre émotion, les yeux larmoyants.

_ Mon fils... Alors tu es encore en vie ? J'avais abandonné cet espoir, pardonne-moi. J'espère ne pas trop t'avoir manquée... Qu'est-ce que tu as grandi... Nous n'avons hélas pas le temps de parler... Mais, dès que tu le peux, viens me retrouver, nous aurons tout le temps de parler. J'ai hâte de te revoir... Pas toi ?

Viken n'eut pas le temps de répondre qu'un brouillard se posa et donna naissance à un décor totalement différent. Ah oui, le combat.
Ulrich s'assit en face de lui, souriant. Il lui avait donné un combat que le Diable en personne avait sûrement dû regarder, sans parler de Nemesis qui devait en avoir le souffle coupé. La douleur n'était pas encore revenue, la connexion entre son cerveau et son corps était encore engourdie du dernier coup qu'il avait reçu à la nuque. Sacré coup, un mouvement de maître qui l'avait terrassé dans les règles de l'art. Le détenu s'efforça de ne pas penser à son rêve, il aurait tout le temps d'y méditer plus tard. Pour le moment, Ulrich lui avait parlé, et il méritait pleinement toute son attention au vu du combat qu'il venait de lui offrir.
Visiblement, l'adversaire du Pantin en avait l'air tout aussi heureux. Il ne savait pas s'il souriait, car il ne sentait pas vraiment son visage, mais le sentiment était là.

_ Ça, mais pire, quoi. C'est moi qui te remercie. Tu m'as cloué au sol avec honneur. C'était un combat comme je n'en ai jamais vécu. J'en suis encore dans le brouillard, tu as frappé fort, et bien. Il va me falloir du temps pour m'en remettre, et je pense tu risque de pas mal dérouiller aussi. C'était un très bon affrontement. Je risque de le garder en mémoire jusqu'à mon enterrement, celui-là. Tu es fort...

Ses oreilles sifflaient encore, il peinait à entendre même ce qu'il disait, mais il ne se débrouillait pas trop mal pour parler, c'était déjà ça. Aussi, la première sensation qu'il lui revint, fut de son estomac. Il avait faim, très faim...

[HRP : Tu vas arrêter de t'excuser pour rien, ouais ? Nan mais oh... ^^ Ton post est très bien, alors chut, L... =D /]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 24/09/2011
Age du personnage : 22
Localisation : the Island of Madness


dossier médical
Age: 27 ans
Statut: Gardien des Enfers
Particularités ou description physique rapide:

MessageSujet: Re: Quand les grands esprits se rencontrent [suite]   Jeu 16 Fév - 9:21

Au bout d'un certain temps, Viken parvint à revenir à la surface de sa conscience. Manifestement il était assez sonné, il était vrai que le combat avait été d'une force et d'une violence sans pareille. Officiellement, Ulrich avait gagné, mais dans un tel affrontement il ne peut pas y avoir de perdant. On dit de la guerre qu'elle ne donne que des perdants, mais un combat tel que celui-ci, mené dans les règles de l'art et le respect de l'adversaire, était une victoire pour les deux personnes. On était à des millions d'années-lumière des combats menés dans les dortoirs de l'école militaire, où la seule victoire était de faire le plus de mal possible à l'adversaire, de sentir son sang couler sur ses poings et où le seul plaisir était ses cris de douleur. Mais c'était parce que le Directeur avait connu ce genre de combats, qu'il savait qu'ils n'apportaient rien d'autre qu'une inextinguible soif de sang, qu'il avait pu apprécier à sa juste valeur cet affrontement comme il n'en ferait sans doute pas d'autre durant sa vie. Durant un certain temps, Ulrich avait cessé d'être le Gardien des Enfers, et Viken le Pantin Enchaîné. Ils avaient tous les deux été des hommes comme les autres, les barrières avaient été abolies. Ils avait été rapprochés...Pourrait-on parler d'amis?

Se relevant brusquement, le Militaire alla chercher un grand verre d'eau, qu'il remplit d'eau fraîche. Revenant vers son adversaire et ami, il lui souleva délicatement la tête et lui fit boire la moitié du verre. Bientôt ses sensations reviendraient -la douleur aussi, cela ne faisait pas de doute-, et il pourrait bouger tout seul, mais pour lui comme pour Ulrich, en plus des blessures réelles, les courbatures et douleurs articulaires risquaient de se venger demain de l'effort imposé à leurs corps. Il reposa le verre à coté de Vken, luttant soudain contre un vertige. Il avait presque oublié qu'il avait été blessé à la tête, et que par conséquent son équilibre s'en trouvait altéré. S'accrochant au mur, il ne chuta pas, mais cela lui permit de se rappeler que lui aussi avait été blessé. Il avait, de plus, le plus grand mal à respirer à cause de son nez brisé. Mais il trouva le moyen de faire un peu d'humour:

-Tu vas t'en souvenir, mais ton corps également! Remarque, ce sera aussi mon cas, on peut dire que ce combat aura été mené jusqu'au bout! Tu es sans aucun doute le combattant le plus méritant que j'ai jamais affronté! Tu peux être fier du combat que tu as mené!


Sur ces paroles, Ulrich lui tendit ce qu'il avait sorti du placard, un genre de barre de céréale, histoire que son corps récupère un peu de sucre avant d'aller à l'infirmerie, ce qui ne manquerait pas d'arriver sous peu. Et il était bien possible que ça arrive aussi pour lui, il n'était certainement pas en état de reprendre son travail comme si de rien n'était! Aurait-il pu se douter, en remplaçant le Sergent Instructeur Perversy pour un cours d'histoire du XXeme siècle, qu'il en finirait blessé sur un ring, mais heureux comme rarement il l'avait été?

-Après je t'emmène à l'infirmerie, ainsi ils feront quelque chose pour ton bras et ta tête! Quant à moi, ce ne sera sans doute pas inutile non plus!

Et pour appuyer ses paroles il effleura du bout des doigts sa blessure à la tête, grimaçant légèrement en sentant le sang chaud et poisseux coller à ses cheveux. Il ne sentait pas très bien sur le plan physique, à vrai dire, les vertiges se faisaient de plus en plus forts. Mais en tout cas, il était très bien moralement, il se sentait...presque vivant, une sensation depuis longtemps perdue pour le Charon de the Island of Madness...
Souriant malgré la douleur, le Directeur revint s'asseoir en face de Viken, qui semblait aussi avoir prit beaucoup de plaisir à un tel affrontement. C'était vrai que Ulrich avait donné tout ce qu'il avait pu dans ce combat, lui qui n'était pas monté sur un ring depuis un long moment. Mais ses réflexes lui étaient bien restés, il était étonnant de voir à quel point les postures, les enchaînements ne s'oublient pas. Il faut croire qu'il y a des gens qui ne sont faits que pour ça...
Que pour ça? Ou alors pouvait-on également prendre le Violon en compte? Alors les propos du Pantin lui revinrent en mémoire. Avait-il encore une chance de récupérer ce qu'il avait perdu, ce qu'on lui avait arraché? Ou alors était-il trop tard pour son âme déjà condamnée? Après quelques instants de réflexion silencieuse, il décida à écarter doucement ce sujet de son esprit: Il aurait tout le temps d'y réfléchir, durant toutes ses nuits sans sommeil qui suivraient, comme toutes les autres...Et pour l'instant, pour la première fois depuis quelques années déjà, il était en train de vivre! Alors pourquoi gaspiller ce temps si précieux en des considérations qui l'occuperaient des nuits encore?

Lentement, Ulrich se rapprocha du détenu, et passa un bras sous ses épaules pour l'aider à se relever. Il se moquait totalement de sa propre jambe, blessée et douloureuse, elle ne lui faisait pas mal en cet instant tant il était absorbé par les souvenirs du combat, et la proximité avec celui qui pourrait se révéler un ami. Sans se soucier des Elites qui avaient commencé leur entraînement sans cesser de discuter de l'incroyable combat auxquels ils avaient assisté, ils marchèrent tout deux vers la sortie. Ulrich n'avait rien à dire, alors il ne dit rien. Il se sentait juste bien, et il aurait voulu avoir été capable de continuer ce combat sans fin, pour ne jamais redescendre de ce petit nuage qui ne manquerait pas de bientôt s'évanouir dans une pluie qui ne manquerait pas de lui rafraîchir les idées. Lui rappeler qu'il était, et ce pour toujours, condamné à rester prisonnier de l'Entre-Deux-Mondes, entre celui des vivants et celui des morts...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 09/12/2011
Age du personnage : 26
Localisation : Quelque part en Enfer...


MessageSujet: Re: Quand les grands esprits se rencontrent [suite]   Ven 17 Fév - 13:44

L'esprit toujours embrumé par la bataille, le Pantin revint tout de même au moment présent, aidé par son corps qui lui aussi réveilla les douleurs. Quelque chose ne devait pas aller dans l'articulation de son coude, peut-être qu'un petit fragment d'os s'y baladait suite à la technique handicapante d'Ulrich. Son front ne saignait plus tellement, mais l'afflux de sang avait cédé place à une grande douleur, et le sang commençait à sécher sur son visage. D'un revers maladroit de son bras valide, il essuya le sang sur sa paupière pour y voir plus clair, mais cela ne chassa pas le manque de netteté de sa vision.
Comme le disait Ulrich, son corps allait aussi se souvenir sans problème de ce combat. Il en avait prit pour quelques semaines de rétablissement. Lorsque les sensations revinrent, le détenu chercha du bout de ses doigts la plaie de son front. Il y trouva une ouverture de presque cinq centimètres. Une bonne blessure qui demanderait quelques points de suture, mais ce n'était pas comme s'il n'y était pas habitué. Quant à son adversaire, il devait avoir une sacré force pour avoir pu ouvrir une telle plaie avec rien qu'un coup de poing. D'ailleurs, il se demanda comment il se faisait que son coude ne se soit pas complètement retourné lors de sa prise de luxation. Il avait eu de la chance sur ce coup-là.

Lorsque le Pantin commença à retourner de l'œil à cause de son état, et manqua de s'évanouir, il fut aussitôt ramené à l'éveil par son nouvel ami qui l'aida à boire quelques gorgées d'eau bien fraiche. Une réelle bénédiction pour sa gorge... Ce geste aurait pu surprendre un autre détenu, mais pas lui. Il n'y avait rien d'ambigüe dans ce geste, si ce n'était que le rapport détenu à directeur fut pour lui rompu pour de bon. Tous deux étaient coincés sur cette île, alors pourquoi retenir l'amitié ?
Dans tous les cas, pour le Pantin, les choses étaient claires...

L'infirmerie ? N'aimant pas les hôpitaux et tout ce qui y ressemble de près comme de loin, l'idée ne lui plaisait pas tellement, mais il n'avait guère le choix. Il avait besoin d'être soigné, et aurait une cicatrice de plus sur le visage. Mais cette fois, une cicatrice qui porterait un bon souvenir. Une belle cicatrice...

_ En espérant tout de même que tout cela ne te fasse pas prendre trop de retard sur tes dossiers.

Doucement, Ulrich l'aida à se lever, et à marcher malgré sa jambe blessée. Viken ne reniait pas cette aide, mais tenta d'aider son acolyte de marche en forçant vers le haut chaque fois qu'il posait la mauvaise jambe à terre. Le combat continuait, mais ils étaient maintenant alliés, s'entraidant tous les deux à avancer.
Ils repassèrent par la salle d'entrainement, et il ne fit attention à rien excepté le ring sur lequel le sang et la sueur de deux hommes, qui s'étaient forgés une amitié grâce à cela, séchait. Ses cheveux lui couvrant le visage, il restait concentré sur la marche, le soutient qu'ils se portaient l'un à l'autre se faisant exemplaire.
Ils n'étaient actuellement qu'un seul animal à quatre pattes, avançant en boitant pour trouver refuge.

Le détenu luttait pour ne pas lâcher, espérant que l'infirmerie ne se faisait pas trop lointaine. Ses poumons respiraient non sans bruit, la douleur enflammée avait laissé place à une autre douleur, plus douce mais pas moins désagréable. Il pourrait sûrement admirer un bel hématome sur son thorax qui mettrait un sacré moment à disparaitre.

A l'infirmerie, il aurait tout le temps de méditer sur son rêve, ou plutôt son souvenir. Pour le moment, c'était tous les moments du combat qui passaient en boucle dans sa tête. Chaque coup, chaque prise. Il les revoyait par son regard, par des souvenirs qui resteraient longtemps ancrés en lui. Un Directeur de prison, et un Détenu, ayant rompu leur catégorie sociale, leur grade, leur position, pour un combat déchainé sans aucune autre règle que celle de frapper fort et bien jusqu'à ce que l'un d'eux tombe pour ne pas pouvoir se relever seul. Et il ne s'était pas relevé seul, mais avec l'aide de son adversaire, de son ami, de cet homme avec qui il avait disputé un titre purement personnel pour le plaisir de personne d'autre que les combattants.
Pas de domination, pas de haine. Un partage martial...

Un moment inoubliable, comme il espérait égoïstement en avoir d'autres, avec cet ami...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
• Contenu sponsorisé •






MessageSujet: Re: Quand les grands esprits se rencontrent [suite]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand les grands esprits se rencontrent [suite]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Island of Madness :: La prison :: Espace d'entraînement :: Le gymnase-