Une île, des pensionnaires, un cimetière ...
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Rouge et le Blanc [Pv Aaron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Aaron Jensen


avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 09/11/2011
Localisation : Madisland


dossier médical
Age:
Statut:
Particularités ou description physique rapide:

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc [Pv Aaron]   Mer 21 Déc - 16:42

Il l'a vit porter sa main à son cœur, il se demanda pourquoi. Avait-elle mal, était-elle aussi blessée ici? Il se posa simplement la question. Il sentit soudain ses mains sur son torse. Écoutait-elle, ou plutôt sentait-elle son propre cœur avant de venir sentir le sien? Il la vit basculer la tête sur le coté, elle était mignonne ainsi, il devait l'avouer. Puis elle lui posa cette question qui lui paru étrange. Pour lui tout le monde avait besoin d'aide un jour ou l'autre non? Que l'on soit fort ou non. Enfin c'était son humble avis. Puis son hypothèse infondée trouva enfin des fondations claires et solides, de sa bouche, il eut la confirmation qu'elle était bien une élite. Mais une chose le perturba dans ses paroles. Comment un être humain pouvait-il dire ça? "j'ai été formée pour ne pas avoir ce genre de besoin. " Mais nous avons tous des besoins et ils sont primordiaux. Si on n'y prendre pas garde l'on peu tomber en perdition. Se perdre soi-même, s'oublier, se détruire tout simplement. Il sourit tendrement, ça lui faisait un peu de peine pour elle. Il se demanda aussi si elle connaissait le mot désire. Ce n'était pas primordiale, mais c'était important de répondre aussi à ses désires, de les écouter, de les contenter. Un désir pouvait être capricieux comme vital. Il pouvait devenir tout autant un besoin qu'un besoin pouvait devenir un désir. Mais gare à ne pas se perdre se dit-il, se perde comme lui c'était perdu. La drogue était un désir au début, un simple et stupide désir. Il avait plaisirs à en prendre, à en consommer tout oublier lui faisait du bien et le ramener peu à peu à la vie . Mais à force d'en consommer plus que nécessaire, d'essayer tout et n'importe quoi, c'était devenu un besoin. S'il n'en prenait pas il savait que la folie le guetterait et s'emparerait de tout son être, le menant à s'autodétruire... encore plus qu'il ne le faisait qu'avec de la drogue.

Mais ce fut sa deuxième phrase qui le choqua. Il se dit qu'elle n'avait pas toujours du être consentant lors de l'acte sexuelle et qu'elle n'avait pas eu qu'un ou deux amant de passage. Surement plusieurs, des peut-être voulu, d'autre non. Enfin ceci était son idée qu'il se faisait de la situation, il n'avait aucune idée si cela était vraiment vrai ou non. Il observa un instant et se redressa légèrement avant de sourire et de dire avec plein d’empathie:

- Je suis sur que tu ne pense pas tout ce que tu dit. Tu as des besoin et même beaucoup comme chaque être humain. Et en ce qui concerne ta deuxième demande la réponse est simple. Je n'aime pas partager mes problèmes car les autres en ont assez. Et le seul que j'ai je ne le reverrais jamais.

Il posa sa main chastement sur son épaule la lui caressant doucement comme pour la soutenir.

- Et puis je ne pourrais pas te toucher ainsi. Il y a quelque année oui, mais là je veux aimer, tomber amoureux avant de faire quoi que ce soit, tu comprends?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silence

~
avatar
~

Messages : 84
Date d'inscription : 05/11/2011


dossier médical
Age: 19 ans
Statut: Elite
Particularités ou description physique rapide:

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc [Pv Aaron]   Mer 21 Déc - 18:20

Silence l'écouta dans le respect le plus total. Ses mots avaient un drôle de résonance en elle. Il était vrai que les paroles qu'elle avait utilisé était cru, incroyablement cru, mais c'était sa manière de s'exprimer après tout. La délicatesse.. oui, elle savait en faire preuve, mais pas naturellement comme ça, pas dans un état disons .. de tranquillité, pas en étant elle même. Ou du moins, on ne lui avait jamais apprit à être délicate naturellement. D'une certaine manière, elle ressemblait plus à un homme qu'autre chose dans certaine de ces actes, un homme et le stéréotype du porc maladroit. Sa féminité était pourtant là. Malgré tout. Chacune des paroles prononcés par Aaron rentrées en elle de manière claire. Elle en vint à se demander pourquoi. Pourquoi une personne comme lui n'aurait il pas pu venir l'aider, quand elle était encore si jeune, pourquoi une personne aussi amicale que lui n'aurait pas pu entrer dans la cave, la prendre contre elle, et lui donner une autre vie. C'était une illusion d'enfant, car elle était restée, malgré son corps de femme et sa mentalité de fer, une enfant prisonnière de quatre murs sombre où personne n'était jamais venue pour elle. Elle chassa rapidement cette pensée qui pouvait plus lui faire grand chose maintenant. Elle recula un peu, enlevant ses mains du torse d'Aaron, brisant ainsi le contacte directe, bien qu'étant toujours sur lui, mais moins. Une personne comme lui hein ? Il n'aurait pas pu comprendre. Lui non plus, ce n'était pas la peine donc d'imaginer qu'il aurait pu, peut être.. Comme les autres. Comme tous les autres. En sentant sa main sur son épaule, elle le regarda un peu plus profondément dans les yeux. Tomber amoureux ? Oui elle comprenait. Parfaitement même, elle l'avait lu un jour, elle savait globalement ce que c'était, elle comprenait .. Elle sentie son coeur battre un peu plus vite. Tomber amoureux ? C'était possible ? Sûrement.. mais pour quelqu'un comme elle ? Peut être moins. Surtout que personne ne serait assez fou pour bien vouloir partager son amour ! La main d'Aaron lui caressa doucement l'épaule, et elle le regarda d'un air songeur. Coucher sans sentiment, il pouvait le faire, alors qu'elle à toujours du le faire. Une constatation de plus. Avaient ils encore beaucoup de différence ? Question idiote. Elle posa ses mains sur les jambes du jeune homme, comme pour prendre appui, continuant de le regarder.

Il se passa alors quelque chose que, n'importe qui connaissant Silence ou pensant juste la connaitre, pouvait facilement qualifié d'étrange, d'anormal et de tout ce qui s'en suit. Dans les moments les plus durs, le sourire de l'homme est un grand remède non ? Aller savoir pourquoi, mais c'est ce qui arriva à Silence. Pas à grand, non, un petit, un timide, un sourire que l'on voit unique depuis des lustres et que l'on ne peux qu'aimer d'avantage. Unique depuis plusieurs année. Assez fugace, mais qui va parfaitement avec son air songeur.

- Je comprend Aaron.. Cela n'a pas empêcher mon père de me toucher et que l'on apprenne à m'en servir pour tuer ou avoir ce que je veux. *elle soupira* je n'ai jamais couchée par sentiment ou par ma seule volonté juste les ordres, les ordres... Le seul désir que j'avais est mort.

Son sourire si rapide disparut. C'était un véritable paradoxe de l'entendre dire des choses si horrible sur un ton si banal, avec un sourire de nostalgie. Elle se pencha légèrement en avant et vint poser ses mains sur les joues d'Aaron. Elle vint alors poser son front contre le sien et ferma les yeux. C'était un contacte assez étrange mais qui, personnellement, l'avait toujours rassurée. Ou disons plutôt que se contacte était une preuve pour elle de bien sentir que la personne en face était acceptée. Acceptée en tant que quoi ? En tant que rien, ou peut être si, mais juste acceptée, que cette personne n'aurait sûrement rien à craindre d'elle. Sauf si un ordre en disait le contraire.

- Avec toi qui est persuadé de ne pouvoir avoir aucune aide, et moi beaucoup trop cru, beaucoup trop naïve -comme on me le dit parfois- on est pas sorti de l'auberge ..

Elle soupira et se revela soudainement pour la première fois depuis qu'il était là. Elle frotta ses pieds contre les fleurs et apprécia. C'était tellement agréable ! Elle se retourna et attira Aaron vers elle, l'invita à se lever à sa suite. Sans prévenir, ses mains dans les siennes, elle le fit doucement tournoyer et vint se poser contre lui, dans un geste fluide et gracieux. Elle releva les yeux vers lui, les plongeant une nouvelle fois dans ceux du jeune homme. Ses cheveux retombèrent sur ses épaules. Très bien, elle allait essayer de comprendre par étape.. Elle avait tout le temps qu'elle voulait aujourd'hui.

- Montre moi Aaron. Montre moi ce qui est banal, beau. Montre moi, avec le temps que tu peux m'accorder, ce qu'est passer un bon moment avec quelqu'un..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://delothya.frenchboard.com/
Aaron Jensen


avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 09/11/2011
Localisation : Madisland


dossier médical
Age:
Statut:
Particularités ou description physique rapide:

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc [Pv Aaron]   Lun 2 Jan - 23:13

Il essaya d’analyser tout ce qu’il venait d’apprendre sur elle. Suivant ses gestes du regard, les observant les détaillants. Il eu le souffle un peu coupé en l’entendant parler de son père, il se demanda comment c’était possible. Un père c’est sensé être aimant, prêt à tout pour sa fille. L’aimer plus que tout, à vouloir la garder intacte et vierge le plus longtemps possible, ou du moins jusqu’à qu’elle trouve un homme qui la respectera et qui l’aimerais comme elle le mérite. Vouloir le meilleur pour elle, ne voir aucune frontière entre elle et le bonheur absolu. Un père parcourrait le monde pour faire sourire un temps soit peu sa fille, sans forcément la gâter plus que nécessaire. Il braverait n’importe quel danger si ça lui était possible pour lui éviter la moindre égratignure. Bon il se faisait certainement une idée extrême de l’amour paternel pour sa fille. Mais il pensait que c’est ce que ressentait chaque père, mais que beaucoup s’étaient résigné à ne pas pouvoir le faire. De un car la vie est imprévisible et de deux, ils ne pourront pas toujours garder leur bébé à la maison pour la choyer et l’aimer jusqu’à la fin des temps. Il est que on a beau aimer quelqu’un plus que nécessaire, il est impossible de la protéger de tout, mais il faut au moins savoir la protéger de nous même. Un père qui abuse sa fille… ça ne devrait pas exister, on ne devrait même pas y penser. C’est le genre d’idée qui ne devrait effleurer aucun esprit, qui ne devrait pas naitre. Mais malheureusement, ce n’était pas le cas. Des salauds on en trouvait à la pelle, partout dans le monde. À chaque coin de rue. Et il ne faut pas oublier que l’on est également le con de quelqu’un. Tout le monde ne peut nous aimer, tout autant qu’on ne peut aimer tout le monde.

Soudain il fut surprit, il connaissait pas mal d’Elite au sein de la prison, plus ou moins sympathique, mais peu souriaient, ou ceux qui le faisaient avaient plutôt des sourires à vous glacer le sang, ou qui avaient l’air meurtrier, voir sanglant. Mais là ce n’était pas ça, son sourire était agréable, doux précieux. Il ne l’imaginait pas offrir de grand sourire à tout bout de champs quand le désire lui prenait, pas après ce qu’elle avait vécu. Il fallait du temps, beaucoup de temps pour se reconstruire après ça, ou tout bêtement, ce qui était certainement le cas de Silence, se construire. Si elle était jeune elle n’avait surement pas finit d’apprendre la vie tout simplement. Et ce qui semblait à Aaron. Après il pouvait évidement se tromper. Mais son ton… qui avait l’air insensible à ce qu’elle raconte lui confirma un peu plus ses pensées.

Il la laissa le toucher, ça ne le gênait pas, mais il était vraiment touché par son histoire, et lui offrit une fois de plus un doux sourire plein d’empathie. Que pouvait-il répondre à ce moment là. « Je suis désolé » ? Non c’était banal. Et ça ne servirait à rien de lui dire ça. Qu’est-ce que ça changerait en plus ? Non… c’était le genre de moment où il devait écouter ce qu’elle disait et c’était tout. Aucune réponse n’était nécessaire. Ce qui était fait, était fait. Et rien ne pourrait malheureusement le changer. Il respira doucement callant sa respiration inconsciemment sur la sienne, étrangement silencieux, mais c’était nécessaire.

Il sourit et laissa s’échapper un léger rire quand elle parla d’eux deux. Sortir de l’auberge… effectivement ce ne serait en tout cas pas pour tout de suite. Peut-être avec le temps, mais quoi qu’il arrive pour le moment il ne voulait en aucun cas arrêter la drogue car il ne voyait pas le mal qu’il y avait à le faire… même s’il le connaissait parfaitement. Il la suivit en se levant et dans chacun de ses pas et l’accueillit comme une petite sœur contre lui. Il posa sa main sur le bas de son dos avec un grand respect et mit l’autre sur son omoplate. Il plongea son regard dans le sien, laissant sa douceur naturelle dominer. Elle voulait voir, découvrir, il l’observa et resta contre elle disant simplement :

- Te montrer ce qui est banal… tout est rien n’est banal, mais c’est mon humble avis. Les petits de plaisirs c’est quelque chose d’extraordinaire que l’on banalise que l’on trouve normal. Mais la joie nous est-elle due ? Non, elle se mérite. Si tu veux voir quelque chose de banal, regarde simplement autour de toi et dit moi ce que tu vois exactement, dit moi ce que tu trouves important, impressionnant autour de nous. Et qu’est-ce que la banalité ? Comment la définirais-tu ?

Il lui posait la question car ça lui paraissait important. Personne n’avait la même vision des choses. Et il ne pouvait pas lui répondre tant qu’elle ne lui donnerait pas la sienne. Il lui caressa doucement la joue s’inquiétant pour elle, espérant qu’elle allait bien au fond d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silence

~
avatar
~

Messages : 84
Date d'inscription : 05/11/2011


dossier médical
Age: 19 ans
Statut: Elite
Particularités ou description physique rapide:

MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc [Pv Aaron]   Mer 18 Jan - 10:44


Silence resta un instant sans véritablement comprendre ce qu'il voulait dire. Qu'est ce qui est important ou impressionnant autour d'eux ? Mais .. non, vraiment, elle ne comprenait pas. Elle tourna la tête autant que possible puis se retourna totalement. Elle fit un pas, touchant le sol de ses pieds. De la nature, partout. Et toujours la même sensation. Elle baissa les yeux sur les coquelicots, fixant l'une des ses fleurs avec insistance. Elle resta un faible instant ainsi, mais déjà il lui semblait que le rouge prenait par partout autour d'elle. Rouge, rouge, rouge et toujours rouge, pourtant cette couleur semblait avoir perdue ses pigment depuis longtemps à ses yeux. Elle fit un autre pas, regardant les fleurs, les arbres puis le ciel. Elle ne voyait rien d'important ni d'impressionnant. Que voulait il donc lui dire ? "tout est rien n'est banal" .. Elle avait beaucoup de mal à comprendre et cela avait le don de provoquer un petit début d'énervement chez elle. Ne pas comprendre avait toujours était la chose, la seule et unique chose en vérité qui arrivait à la sortir de sa tranquillité apparente et permanente. Elle finit par se retourner vers lui, quelque pas dans sa direction, et sentie sa main lui caresser la joue. Même ça ne lui semblait pas spécialement impressionnant ou extraordinaire. Montant sa main, elle vint retirer celle d'Aaron de son visage puis, à son tour, alla caresser la joue du jeune homme. Juste pour voir ce que cela pouvait faire. Rien, absolument rien. Elle ne voyait pas de grande différence à le faire avec un homme qu'elle allait bientôt le tuer et une simple personne de cette prison. Caresser la joue .. "Qu'est ce que la banalité ?" Tout. Pour elle, tout, entièrement tout, mais est ce que une pensée pareille était normal ? Peut être, peut être pas, à vrai dire elle ne c'était jamais demandée si ses pensées étaient logique ou non. Une goûte. Une deuxième. Puis une troisième. Petit à petit, la pluie commença à tomber. Le ciel avait était si beau pourtant quelques minutes tout juste avant. Elle leva les yeux au ciel, poussant un soupire. Il pleuvait. Elle lui prit la main et l'attira doucement sous un arbre, le temps que la fine pluie cesse de tomber. La pluie, dans un certain sens, ressemblait à son sourire : rapide, si rapide que l'on oubli qu'il a était un jour.. Elle se tourna vers le jeune homme, posant son regard dans le sien. Il était peut être temps de répondre à sa question, non ?

- Qu'est ce qui est banale pour moi ? Tout.. ou plutôt rien. Il n'y a aucune chose impressionnante, rien de palpitant ou d'extraordinaire. Dans ce sens, tout est banale non ? Les choses sont autour de moi, mais aucune ne m'intéresse.

Silence continua de le regarder, comme curieuse - si cela était possible - de connaître son avis sur la question, de savoir si elle avait répondue correctement à ce qu'il lui demandait. Après tout, elle avait été sincère, comme toujours. Elle ne mentait jamais, à vrai dire, elle ne connaissait pas l'utilité du mensonge, et c'était notamment ce fait là de son caractère qui lui permettait de berné les gens d'une facilité incroyable, de les prendre "dans ses filets " comme disait un instructeur de la prison. Elle passa une main dans ses cheveux pour y enlever les gouttes qui était venu si loger.

- Ce n'est pas ce qu'il fallait répondre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://delothya.frenchboard.com/
• Contenu sponsorisé •






MessageSujet: Re: Le Rouge et le Blanc [Pv Aaron]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Rouge et le Blanc [Pv Aaron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [WIP] Blood Axes - Les peaux rouge du Desert !
» Croix Rouge Haïtienne ou à l'haïtienne? La descente aux enfers.
» Carton rouge...
» The third temptation [Aaron]
» Bouge ton boule, c'est pour moi qu'on déroule le tapis rouge... >>Libre
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Island of Madness :: La prison :: Les jardins-