Une île, des pensionnaires, un cimetière ...
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Grabuge au Réfectoire [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Admin
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 09/10/2011
Age du personnage : 28
Localisation : En prison politique !


dossier médical
Age: 21 ans
Statut: Rebelle - Prisonnière Politique
Particularités ou description physique rapide:

MessageSujet: Grabuge au Réfectoire [LIBRE]   Ven 28 Oct - 13:07

Un bon coup de Gueule.
"C'est l'heure ! C'est l'heure !"

Les portes étaient ouvertes brutalement, et le vacarme que ça produisait irrité profondément la jeune russe. Les gardiens passaient, claquant leur armes sur les barreaux, criant avec mépris, comme s'ils s'adressaient à des animaux. Et, un à un, les détenus sortaient de leurs cellules. Certains se retrouvaient dans cet étroit couloir, attendant leurs compagnons pour se rendre au réfectoire ensemble. Leïla n'avait pas encore eu le temps de s'en faire ... des camarades. La première chose qu'elle aurait voulu faire lorsqu'elle vit la porte de la prison s'ouvrir, c'était se ruer au dehors, et de s'émerger dans la lumière qui lui manquait dans sa cellule. Mais voilà, faire cela aurait été de la faiblesse. Alors, son honneur la guida, et la tête haute, la russe au sang chaud, sortit pour aller manger son repas du soir.

La jeune femme s'assit seule à une table. Elle regarda avec dégoût la nourriture. Rien qui semblait vraiment appétissant... Agacée, elle finit par prendre son assiette et se dirigeait vers le chef.

"C'est dégueulasse ce que tu cuisines ! lança-t-elle. Je ne bougerais pas d'ici si tu ne me serres pas quelque chose de mangeable."

Elle avait dit ça d'un ton si calme que ça en était devenu cinglant. Son assiette tendue vers le cuisinier qui la regardait avec dédain, elle ne se gênait pas pour lui rendre un regard provocateur. Dans le réfectoire, le silence s'y était abattu. Tous regardaient avec curiosité la scène. Il n'avait pas beaucoup d'animation, alors, dès qu'ils pouvaient en trouver, les détenus ne la laissaient pas passer. Ainsi, ils avaient tous les yeux rivés sur l'audacieuse russe et le cuisinier déconcerté.

"Tu bouffes ce qu'on te sers, c'est comme ça et pas autrement !
_Je vais te le faire bouffer par les trous de nez ! T'as deux secondes pour aller me préparer autre chose !"

Des couverts commençaient à claquer contre les tables, certains tapaient même des pieds. Quelques détenus se levèrent et se mirent à côté de la jeune russe.

"Pendant que t'y est, tu prépareras pour moi aussi, ou je te dégueule ta bouffe dégueulasse à la gueule ! lança un autre."

Un petit sourire se dessina sur les lèvres de Leïla. Ca lui rappelait son mouvement en Russie, c'est moment de solidarité qu'il y avait eu entre camarades, et ça c'était une valeur qu'elle adorait. C'est pourquoi elle se sentit, durant un instant nostalgique de sa Russie. Et c'est avec cette accent russe qu'elle lança:

"Alors ça vient, ou on te casse la gueule avant ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
• Invité •

Invité




MessageSujet: Re: Grabuge au Réfectoire [LIBRE]   Lun 7 Nov - 0:14

Allongé sur sa couchette, le jeune surveillant ouvrit doucement les yeux, se tourna puis enfin se leva. Pas besoin de réveil, il était réglé comme une pendule. Il s'habilla, choisit son fouet puis se dirigea vers la salle commune des surveillant, sur l'un des murs était accrochée la liste des permanences. Aleksi se faisait petit à petit à cette nouvelle hiérarchie dans laquelle il devait suivre les ordres d'un autre chef que lui. Certes, il était très récalcitrant, mais on pouvait dire qu'il faisait preuve de bonne foi. Son nom était inscrit à la surveillance du réfectoire pour le repas du soir, le surveillant fit la moue, c'était si ennuyant. Les prisonniers s'asseyaient et mangeaient, point. Pas une seule révolte n'avait encore éclaté dans la pièce pourtant si accueillante pour ce genre de manifestation, tous ces détenus, réunis. Qui sait ce quelles informations pouvaient circuler de table en table.

Aleksi soupira et ne jugea même pas utile de prendre l'un de ses fouets. Il enfila son manteau en cuir puis se dirigea vers les cellules des détenus pour vérifier s'il ne restait pas quelques uns cachés dans l'une d'entre elles. Mais personne n'était là pour jouer avec lui. Son moral descendit encore plus bas et enfin il marcha d'un pas lent vers le réfectoire. Ses pensées partaient loin de cette Île de Folie, là bas en Finlande. Il se rappelait de sa puissance, de son rang, de la loyauté de ses disciples, chose qu'il n'aurait plus jamais...

L’Artiste secoua la tête avant de pousser la porte de la salle. Il alla s'asseoir parmi les autres surveillants sans rien prendre à manger. Lui mangerait plus tard, il connaissait la cachette secrète du cuisinier. Déjà ennuyé, il posa son coude sur la table et sa tête dans la paume de sa main. N'adressant ni un regard ni une parole à ses confrères, préférant regarder la salle d'un œil morne. Il se demandait si un jour un peu d'action viendrait perturber le cours tranquille du repas.

Il sembla que son vœu fut réalisé lorsqu'une jeune femme se leva, une vague d'irritation glissant dans ses prunelles vertes. Aleksi releva alors la tête et la suivit du regard. D'une allure déterminée, elle se dirigea vers le chef de cuisine, ses cheveux flamboyants dansant au rythme de ses pas. Aleksi ne la quitta pas du regard alors que les autres surveillants se mettaient sur le qui vive.

"C'est dégueulasse ce que tu cuisines ! Je ne bougerai pas d'ici si tu ne me sers pas quelque chose de mangeable."

Aleksi sourit, elle n'avait pas froid aux yeux pour s'adresser de cette manière à un membre du personnel alors que la salle est remplie de surveillants. L'un deux chuchota alors, ayant trop peur de se faire tabasser s'il le disait à voix haute.

"Et le respect alors ?"

Aleksi haussa les sourcils mais son attention fut de nouveau accaparée par la jeune femme, enfin plutôt par les hommes qui venaient de la rejoindre.

"Pendant que t'y es, tu prépareras pour moi aussi, ou je te dégueule ta bouffe dégueulasse à la gueule ! lança un autre."

Le surveillant qui s'était manifesté précédemment se leva et avança vers le groupe qui commençait à s'agrandir, rapidement suivi par les autres surveillant. Tous, sauf Aleksi, qui continuait à observer la scène, de sa place, les bras croisés.


"Alors ça vient, ou on te casse la gueule avant ?"

Waow, Aleksi n'avait pas l'habitude d'être impressionné, mais cet accent, avec ces intonations apportait une atmosphère tout à fait différente à celle qui se trouvait dans la pièce avant qu'elle ne prononce cette phrase. Aleksi se leva car il ne voyait plus rien et se dirigea vers un coin avec plus de visibilité, s'adossant à un mur en recroisant les bras, un sourire toujours plaqué aux lèvres. Il allait enfin s'amuser ...
Revenir en haut Aller en bas
Silence

~
avatar
~

Messages : 84
Date d'inscription : 05/11/2011


dossier médical
Age: 19 ans
Statut: Elite
Particularités ou description physique rapide:

MessageSujet: Re: Grabuge au Réfectoire [LIBRE]   Jeu 10 Nov - 21:11


Le réfectoire était un endroit assez calme d'ordinaire. Ou plutôt disons qu'elle avait l'habitude de venir quand il n'y avait pas grand monde, pour ainsi pourvoir être tranquille et non dérangé en permanence par des querelles idiotes. IL y avait beaucoup de monde ici, dont des employés qui devaient sûrement ce demander ce qu'ils avaient fait de mal pour arriver dans un tel lieu. Mais elle n'en avait rien à faire, tout ce que demandait Silence, c'était de pouvoir manger tranquillement et de repartir, sans qu'il n'y ai le moindre problème. En arrivant, elle pris un plateau, le plat qui s'offrit à elle et s'assit à une table relativement proche du chef qui parlait avec quelque autre cuisinier. Elle sentie un regard rapide se poser sur elle et vite filer. Il n'est pas très commun de voir ainsi une personne aux cheveux blanc naturellement. Ayant passé un long moment à s'entraîner, elle ne voulait que manger ! Le repas devait être le moment favori de silence, manger s'accompagnant toujours d'un étrange sentiment de délivrance. Que c'était agréable ..

Pourquoi la seule volonté d'un repas calme me pouvait pas être respectée ? Lorsque la jeune femme aux cheveux rouges / bruns passa à côté d'elle, Silence ne réagit pas le moins du monde, prenant une bouchée de son plat. Puis une autre. Elle avait pourtant notée sa couleur de peau pâle, comme beaucoup de gens ici, dont Silence, ces yeux émeraudes ainsi qu'un corps indéniablement mince.Mais d'une voix quelque peut gênante à l'heure du repas. Silence arrêta son geste faiblement et le repris, passant sa fourchette dans ce qui composer son plat pour porter la substance jusqu'à ses lèvres. Dans la cantine, des personnes bougèrent alors pour aller la rejoindre. Ils étaient tous derrière elle qui tentait de manger tant bien que mal. En y repensant rapidement, c'est vrai que l'on pouvait qualifié de plusieurs façon les détenus ici. Il y avait les gens comme elle, les "sages" et les autres. Ceux qui cirent dès qu'ils le peuvent, même si leur raison et fausse, Silence trouvant que le repas était mangeable. Et, après tout, c'est ce que l'on demandait à un repas.. Non ?

Quand la conversation monta trop de volume, les surveillants approchèrent. Mais pas tous, elle en vu un ce déplacer dans un autre endroit, visiblement pour mieux observer la scène. Il imposait une certaine autorité par sa assurément que les autres auraient besoin de lui à un moment. Mais elle voulait simplement manger.

Bien sur, il fallut qu'ils partent en sur qui criera le plus fort et manger dans ses conditions devenait juste impossible. D'un mouvement simple, silence posa son couvert sur la table, le faisant avec un magnifique bruit bien sonore, ce qui eu pour objectif d'attirer l'attention des pseudo rebelles sur elle. Sans se retourner, elle observa son plat

" Est il possible, dans une cantine, de manger sans avoir un attroupement derrière soit qui ne sait que crier pour une raison visiblement vaine et si petite ? "

Elle tourna alors enfin la tête, ses cheveux blanc bougeant dans son dos alors qu'elle venait poser ses yeux sur la femme qui avait commencée tout cela

"Puis je finir mon repas en paix dîtes moi ? "

Oh, il n'y avait absolument aucune menace dans sa voix, ni dans son regard, bien qu'elle inspirait en permanence un certain sentiment désagréable aux gens. Mais elle voulait manger. Et elle le ferait. Dans le calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://delothya.frenchboard.com/

Admin
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 24/09/2011
Age du personnage : 22
Localisation : the Island of Madness


dossier médical
Age: 27 ans
Statut: Gardien des Enfers
Particularités ou description physique rapide:

MessageSujet: Re: Grabuge au Réfectoire [LIBRE]   Mer 7 Déc - 17:55

La journée s'annonçait mal. Ulrich n'était pas capable de savoir pourquoi il pensait cela, mais il n'était pas moins certain. C'allait être une mauvaise journée. Il y a des jours comme ça, où on se dit que tout va mal aller. Et il s'avéra bien vite que bien vite on lui donna raison. Ou, que plus précisément, Leïla Kithaëv et une poignée de mutins lui donnèrent raison.
Quand il apprit ce qui était en train de se passer, il se trouvait, comme presque tout le temps, dans son bureau, où il tentait tant bien que mal de se concentrer sur son travail malgré le mal de crâne qui lui vrillait la tête. Il venait tout juste d'abandonner quand un surveillant déboula dans son bureau sans frappe. Ulrich allait s'énerver contre ce manque flagrant d'incivilité et d'irrespect quand il vit la tête épouvantée qu'il faisait. Se levant et posant ses mains sur le bureau, il lui lança:

-Bon, tu te calmes, et tu m'expliques ce que tu as! Tout de suite!


Et oui, même s'il arrivait peu à Ulrich d'élever la voix, il n'hésitait pas à le faire quand la situation l'exigeait. Or, à cet instant précis, il devait savoir tout de suite ce qu'l se passait, et sans ce surveillant paniqué il ne comprendrait pas de sitôt. Mais il avait des raisons de penser qu'il aurait encore à élever la voix aujourd'hui.

-C'est...Kithaëv et quelques autres...dans la cantine...en rébellion!

Ulrich serra les poings, tandis que son cerveau tournait à toute vitesse. Il y avait peu de chances qu'il n'ai pas à se déplacer pour rétablir le calme:

-Il y a Aleksi de service à la cantine à cette heure-ci, normalement! Tu peux me dire ce qu'il fout!?


-Il regarde sans rien faire, on dirait que ça l'amuse!

Le Directeur en entendant cela, poussa un long soupir. C'était tout à fait du genre de d'Aleksi, ça, le chef du clan des Taitelijat d'Helsinki devait manifestement apprécier le spectacle!
Ulrich contourna le bureau, et plantant là le surveillant, qui ne savait pas le moins du monde faire face à une situation de "crise". En sortant, il claqua la porte du bureau, dégainant de la main gauche son revolver, dissimulé dans les recoins de son uniforme. Il n'avait pas du tout, mais alors pas du tout envie, de s'en servir, mais il connaissait bien assez les détenus pour savoir que face à Leïla Kithaëv, il risquait de devoir l'utiliser.

Le jeune militaire traversa toute la prison jusqu'au bâtiment B, et il entra dans la cantine, prenant quelques secondes pour analyser la situation et voir où chacun se positionnait (il remarqua bien la nonchalance d'Aleksi, et se promit de lui passer un savon après cela). Quand il prit la parole, ce ne fut pas en criant, mais sa présence était suffisamment remarquable et impressionnante pour que chacun se fût tut à son arrivée, ce qui fit que sa voix retentit dans un silence assourdissant:

-Y-a-t'il un problème, mademoiselle Kithaëv?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 09/12/2011
Age du personnage : 26
Localisation : Quelque part en Enfer...


MessageSujet: Re: Grabuge au Réfectoire [LIBRE]   Mer 14 Déc - 20:13

Le Pantin ne prêtait pas grande attention au vacarme qui se faisait dans la cuisine. Lui n'avait trouvé aucun goût dans son assiette, et n'était pas du genre à l'ouvrir pour autant. Il était assit à sa table à contempler le semblant de bouffe qu'on lui avait salement servit, sa Croix comme seule compagne posée à côté de lui. La tête entre ses mains encore gantés, il fredonnait doucement pour lui seul le Lacrimosa de Mozart. La Messe des Morts pour le bercer dans son abandon total de la vie. La déprime se faisait ressentir, il était tout nouveau dans cette prison, et la bouffe était dégueulasse, sans parler du comportement de certains détenus qu'il ne pouvait comprendre. Peut-être était-ce cette fade vie qui lui ôtait cette compréhension d'autrui, mais il avait tout de même son vécu, et des manières quand même plus sobres que la plupart de ceux d'ici. Au moins, ils y avaient tous leur place, lui comprit. Un minuscule point commun avec les autres... Est-ce que ça allait l'aider à s’épanouir socialement ?

Après avoir reniflé son verre d'eau, Viken le porta à ses lèvres, méfiant. Un petit millilitre d'eau lui suffit amplement et il posa aussitôt le récipient sur la table en tirant légèrement la grimace. Soit leurs conduits d'eau avaient un sacré problème d'hygiène, soit elle venait d'une source proche d'un village sans toilettes, soit elle était la même que celles de la prison. Cette situation lui rappela alors un sacré bon moment qu'il avait passé, où il avait reproduit les mêmes gestes presque exactement. Son premier verre de Vodka... Ah, ce que l'alcool lui manquait soudainement et déjà, il en aurait bien besoin, là. Suivant son souvenir, un sourire en coin, il attrapa le verre entre ses doigts et le vida cul sec, tirant une bien vilaine grimace juste après, face à un goût beaucoup plus désagréable que celle de la Vodka. Le sot, il n'avait rien d'assez potable à porté de main pour cacher le misérable goût. Mais fidèle à ce souvenir, il continua son geste, lançant son verre par dessus son épaule qui se brisa sur le sol.

_ Mazal tof !

Cette expression qu'il avait apprit des Elites de son mouvement d'Assassins était en réalité Judaïque, mais couramment utilisée par les Russes même non religieux, pour la chance ou pour des félicitations. C'était son cas. Sa seule religion, c'était Nemesis. C'était à son nom qu'il avait levé ce verre et par la même occasion, il s'était lui-même souhaité bonne chance pour ce premier jour au trou. Après s'être demandé si ce vœux marchait sans Vodka et en avoir rapidement déduit que de toutes façons, les vœux étaient faits pour ne pas être exaucés, mais juste pour être désirés, il se rendit compte de la situation d'un coup sec. Le directeur était là...

Doucement, le Pantin se retourna et pu faire le constat de son geste très rapidement. Le verre était passé au ras de la tête du directeur de la prison, et cela en toute innocence. Mais qui allait le croire ? Voilà déjà qu'il allait se faire prendre pour un rebelle, et il allait sûrement se faire corriger bien sévèrement. Pour ce premier jour, il décida d'encaisser, puis c'était bien de sa faute s'il n'avait fait attention à rien, restant dans le petit monde de ses souvenirs d'antan... Maintenant qu'il s'était déjà fait remarquer, il jeta un rapide coup d'œil à la situation. Une femme à l'accent très semblable au sien faisait rébellion dans la cantine à cause de la bouffe dégueulasse, et plusieurs autres détenus suivaient le mouvement comme de braves petits moutons. Était-ce la mentalité quotidienne d'ici ou était-il arrivé un mauvais jour ? Visiblement, les surveillants n'étaient pas tellement dégourdis non plus, et seul le directeur osa l'ouvrir assez fort pour être entendu. Au moins, lui était peut-être digne de son poste. Une autre détenue attira son attention, qui avait par ailleurs attiré celle des autres. Une femme qui n'était pas du même avis que les rebellés. Elle n'était pas un mouton, au moins. Mais comment pouvait-elle apprécier cette bouffe infecte ? Décidément, des êtres bizarres peuplaient cette prison... Remarque, il pouvait bien parler.

Dans le silence, passant ses doigts en peigne dans sa chevelure, Viken attendit la suite, soupirant... Son séjour ici allait être bien long...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Jensen


avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 09/11/2011
Localisation : Madisland


dossier médical
Age:
Statut:
Particularités ou description physique rapide:

MessageSujet: Re: Grabuge au Réfectoire [LIBRE]   Jeu 15 Déc - 16:06

Aaron sortait de l'infirmerie, il y était allé pour un prétendu mal de tête, mais il avait une toute autre idée en tête; voler des médicaments pour sa propre survie. Mais il n'avait même pas pu y penser, l'infirmier qui s'était occupé de lui, lui avait juste refilé un médicament contre les migraines et renvoyé dans sa cellule aussi vite qu'il était venu. Il lâcha un long soupire quand le gardien qui l'avait escorté, plus pour la forme que pour la sécurité le remit dans sa cellule pour à peine cinq petite minutes. Il était resté contre le^mur, a coté de sa porte quand il l'entendit s’ouvrir brutalement. Il se demanda s'il ne pouvait pas y aller plus doucement, les portes allaient vraiment se péter un de ces jours. Il s'approcha de son lit, laissant les prisonniers affamé et pressé se précipiter vers la cantine. Il sortit un sachet, une de ces dernières doses. Il mit doucement la poudre sur le dos de sa main avant d'inspirer profondément. Il mit le sachet avec ceux encore plein et se passa une main sur le visage, profitant du doux poison qui se répandait dans son corps. Quand il vit que le couloir était un près vide il sortit silencieusement, les mains dans les poches. Il ne faisait pas vraiment attention à ce qu'il y avait autour de lui. Il suivit le groupe, il ne voulait pas d'ennuis. C'est avec une extrême douceur qu'il sourit à tout ceux qui posaient les yeux sur lui. Il se fraya un chemin et allait se faire servir quand il vit une jeune femme Russe débarquer. Elle se plaignit assez brusquement de la nourriture. C'est vrai qu'ici les repas ne cassaient pas trois pattes à un canard, mais au moins il y avait de quoi manger. Il se cacha derrière son assiette qu'il avait saisit quelques minutes plus tôt pour être servit. Il vit plusieurs prisonnier arriver pour soutenir la demoiselle, mais était-ce vraiment la solution?

Une demande pacifique, écrite d'une jolie écriture et remise au directeur n'aurait-elle pas suffis? Il était persuadé que le dénommé Ulrich Breslin aurait fait quelque chose. Surtout qu'il devait manger la même nourriture? Non? Il se trompait peut-être, son monde utopique était surement trop beau pour être vrai mais il lui plaisait. Il lui était maintenant impossible de sortir de la foule et était entrainé dans la masse de rebelle. Il ne voulait pourtant pas avoir de problème, et ce n'était pas du tout son genre de se plaindre. Il remarqua par la suite Silence, cette jeune fille qu'il avait croisé. Elle voulait manger dans le calme, ce qui décrocha un sourire au drogué. Il la comprenait parfaitement, mais il savait que quoi qu'il dirait, il ne ferrait pas bouger les choses. Essayez d'être doux avec un loup, il vous croquera quand même. Il resta là à se faire balloter dans la révolte qu'il jugeait inutile et ridicule. Il baissa son assiette ainsi que la tête, espérant que les surveillants le remarqueront et qu'il ne subira pas la punition qui allait probablement tomber sur les chahuteurs.

Oui ses pensées était enfantine, innocente et surement naïve. Il croyait en la bonté en chacun, et par dessus tout il ne voulait aucun soucis. Il voulait simplement continuer ainsi, continuer son chemin, son trafique de drogue. En pensant à ça il se dit que heureusement qu'il en avait prit avant de venir manger... enfin manger était un grand mot pour lui, il se contentait de ses substances. Son appétit s'était envolé depuis des années et il entamait la plupart du temps à peine ses assiettes. Il mangeait juste pour garder ses forces actuels, pour garder son poids et pour ne plus paraitre ce qu'il était: un simple Junky qui se détruisait. Il inspira profondément, ses pupilles commençaient à se dilater. Pour finir il se dit qu'il n'aurait pas du ingérer cette poudre. D'habitude il mangeait en vitesse et partait le plus vite possible. Mais avec l'émeute actuel ça n'allait pas être possible. Il maudit silencieusement la jeune fille qui avait commencer ce mouvement de rébellion.

Il entendit soudain la voix familière du directeur. Il se tourna l'observant discrètement depuis la foule qui s'activait méchamment. Son nom était donc Kithaëv, que pouvait bien être son prénom, il se le demandait.Les hommes se calmaient doucement devant le maitre des lieux. Il ouvrit de grand yeux en voyant passer un verre à quelques centimètre du directeur, tournant immédiatement la tête vers celui qui l'avait lancé. Un nouveau apparemment, un homme blond. Avait-il fait exprès? Ce geste n'avait rien de provocateur pourtant, est-ce qu'il se trompait? Il observa les surveillants à nouveau ne sachant quoi faire. Il finit par fermer les yeux se laissant bercé par le mouvement qui s'était légèrement calmé, mais qui reprit plus fort à cause de ce que le nouveau détenu avait osé faire. Défier directement le directeur en lui envoyant un verre dessus. Il l'avait loupé, mais quand même...

Il renifla doucement et tendit la main dans le vide le monde devenant comme il l'aimait, trouble, imaginaire. Le temps avait semblé ralentir pour presque s'arrêter, il sentit chaque battement de son cœur cogner contre sa poitrine. Ses gestes aussi étaient plus lent. Il essaya d’agripper quelque chose mais ses doigts ne rencontrèrent que du vide. Il ouvrit de grand yeux remplit d'incompréhension il commençait a entrer dans un tripe, il devait avoir l'air ridicule mais il s'en fichait. Et puis qui le remarquerait au milieu du vacarme qui avait reprit, au milieu des protestations? Personne... surement personne, et c'était mieux ainsi. Il respira lentement, savourant ce moment, savourant simplement, se fermant au monde doucement, laissant graver sur son visage ce sourire si tendre, si bienveillant, si doux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
• Contenu sponsorisé •






MessageSujet: Re: Grabuge au Réfectoire [LIBRE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Grabuge au Réfectoire [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Bagarre au réfectoire [Libre, venez vous défouler !]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Island of Madness :: La prison :: Bâtiment B : Cantine, infirmerie, sanitaires ... :: Cantine-